Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

L'application de traçage Stop Covid validée par le Parlement

-
Par , France Bleu

Feu vert pour la mise en téléchargement de l'application Stop Covid. Elle doit permettre, sur la base du volontariat, de détecter par Bluetooth les malades et les cas contacts croisés dans la rue.

L'application Stop Covid, développée en France bientôt disponible sur les smartphones.
L'application Stop Covid, développée en France bientôt disponible sur les smartphones. © Maxppp - Sébastien Muylaert

L'application gouvernementale Stop Covid sera bientôt téléchargeable sur nos téléphones portables. Après l'Assemblée Nationale, c'est le Sénat qui a approuvé dans la nuit du 27 au 28 mai ce logiciel qui doit aider à briser les chaînes de contamination au covid-19. Tous les feux sont au vert depuis que la Cnil a autorisé le lancement du logiciel.

Téléchargement et utilisation sur la base du volontariat

Dès ce weekend, les Français pourraient donc télécharger cette application "Stop Covid". Elle doit permettre à son utilisateur d'identifier s'il a croisé au cours de sa journée des malades potentiels du coronavirus, grâce à la fonction Bluetooth de son portable, et non pas de sa géolocalisation. Des "cas contacts" croisés à moins d'un mètre et pendant un quart d'heure, qui seront contactés par un médecin pour être testés et isolés pendant 14 jours. Si les tests sont positifs, l'utilisateur pourra à son tour se déclarer malade sur l'application et ainsi prévenir d'autres utilisateurs.

Compléter les brigades sanitaires 

Les données des utilisateurs seront anonymisés, "pseudonymisées" et supprimer au bout de ces 14 jours. Elles doivent permettre de faciliter le travail des brigades sanitaires, composées de salariées de l'Assurance maladie, et chargées de retrouver les malades dans chaque département. L'application doit être retirée six mois après la fin de l'état d'urgence sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu