Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'association "mon bonnet rose" lance un défi national, la clinique Belharra de Bayonne s'y associe

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le mois d'octobre débute et avec lui, Octobre rose. Durant 30 jours seront menées des actions de sensibilisation au cancer du sein. Cette tumeur affecte chaque année 60 000 françaises. Elle en tue en moyenne 12 000. Durant cette période l'association "mon bonnet rose" lance un défi.

Sur le site de Mon bonnet rose
Sur le site de Mon bonnet rose -

Le 27e Octobre rose vient de débuter. Durant ce mois-ci, sont menées des actions de sensibilisation au cancer du sein. L'occasion de soutenir les malades, saluer le travail des soignants et réunir des fonds pour la recherche. Cette année, Octobre rose fonctionnera avec "mon bonnet rose".

Sur le site de Mon bonnet rose
Sur le site de Mon bonnet rose -

Cette association de Lille lance un défi national. Elle vous demande de fabriquer 60 000 bonnets de chimiothérapie. 60 000 c'est le nombre de femmes victimes de cette maladie chaque année. En moyenne, 12 000 meurent chaque année. Le bonnet n'est pas anodin. Il coûte cher dans les commerces. Pour la présidente de "mon bonnet rose", Maureen Govart, le cancer génère beaucoup de dépenses pour le malade. 

Maureen Govart présidente de "Mon bonnet rose"

Avant de fabriquer des bonnets, pensez à vous inscrire sur le site de mon bonnet rose ici. Une fois conçus les bonnets de chimiothérapie sont à déposer à la clinique Belharra de Bayonne. Ils seront ensuite distribués dans les centres de soins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess