Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'Ecosse impose un prix minimum pour l'alcool

mardi 1 mai 2018 à 20:55 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'Écosse a introduit mardi un prix minimum pour l'alcool, une première mondiale. Le gouvernement espère ainsi lutter contre les méfaits de l'alcoolisme.

L'Ecosse est la première nation à introduire un prix minimum pour l'alcool.
L'Ecosse est la première nation à introduire un prix minimum pour l'alcool. © AFP - ANDY BUCHANAN

L’Ecosse est devenue, ce 1er mai, la première nation au monde à introduire un prix minimal pour l’alcool. Après des années de bataille juridique, la loi est entrée en vigueur ce mardi. "Je pense que des pays en Europe et ailleurs chercheront à reproduire ce qui a été fait ici en Écosse", a réagi la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon avant de préciser à l'AFP que l'Irlande et le Pays de Galles souhaitaient lancer des projets similaires.

Désormais, une bouteille de 70 cl de whisky ne pourra pas être vendue en-dessous de 14 livres (15,60 euros) et une bouteille de 75 cl de vin à 12,5% pas moins de 4,69 livres (5,2 euros). Les consommateurs paient un minimum de 50 pence (0,70 $, 57 cents) par unité d'alcool, une mesure qui prend en compte à la fois la teneur en alcool et le volume du produit.

1.265 décès liés à l'alcool en 2016

La loi, qui vise à combattre les méfaits liés à l'alcool, est saluée par le corps médical et des associations comme le plus grand progrès en matière de santé publique depuis l'interdiction de fumer en public.

"Cette loi sauvera des vies", s'est notamment réjoui Alison Douglas, directrice générale de l'organisation caritative Alcohol Focus Scotland. Selon elle, la mesure pourrait sauver 58 vies dès cette année, et jusqu'à 121 vies "d'ici 20 ans, quand cette politique aura atteint son plein effet"

Le prix de l’alcool avait nettement diminué ces dernières années en Ecosse, coûtant 60% moins cher que dans les années 80. Conséquence, les décès liés à l'alcool étaient en hausse : 1.265 en 2016, soit 10% de plus que l'année précédente.

Six ans de bataille judiciaire

La mesure est entrée en vigueur après des années de querelles judiciaires. Estimant que la mise en place d'un prix minimum était "un moyen proportionné d'atteindre un but légitime" et ne violait pas les lois européennes, la Cour suprême britannique a tranché en faveur du gouvernement écossais l'an dernier, rejetant l'appel constitué par l'Association du Whisky écossais (Scotch Whisky Association, SWA) et d'autres représentants de cette industrie pour l'annuler.

Les autorités écossaises estiment que la mesure ne nuira pas aux professionnels du whisky. D'après Nicola Sturgeon, "les whiskies haut de gamme pour lesquels l'industrie écossaise est si renommée ne figurent pas parmi les produits alcoolisés qui seront les plus touchés par les prix minimums".