Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Éducation nationale promet une accélération des dépistages Covid dans les écoles de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

A l'occasion de la rentrée scolaire ce lundi 26 avril, le directeur des services départementaux de l'éducation nationale de l'Indre, Jean-Paul Obellianne, fait le point sur le protocole sanitaire et notamment sur l'arrivée des auto-tests.

Les fournitures scolaires posées sur une table, dans une classe de l'école primaire de Coings
Les fournitures scolaires posées sur une table, dans une classe de l'école primaire de Coings © Radio France - Jérôme Collin

C'est le moment de remettre les cahiers dans les cartables des enfants. Rentrée scolaire ce lundi 26 avril et surtout retour au présentiel pour les élèves de primaire. Pour les collégiens de l'Indre, ce sera à partir du 3 mai, tandis que les lycéens feront un retour en mi-jauge, comme c'était déjà le cas depuis septembre. Au niveau du protocole sanitaire, le gouvernement conserve le principe d'une classe fermée dès la détection d'un seul cas de covid-19, que ce soit un élève ou un enseignant.

Même protocole sanitaire donc, à ceci près : le gouvernement promet d'accélérer les dépistages pour détecter les cas asymptomatiques au plus vite. Le directeur des services départementaux de l'éducation nationale (DASEN), Jean-Paul Obellianne, est chargé de mener cette campagne dans les 270 établissements scolaires de l'Indre : "Avant les vacances, on était à trois voire quatre écoles par semaine pour les tests salivaires. Là, on va passer à quatre-six et donc environ 500 à 700 tests par semaine dans le premier degré, pour les personnels et les élèves volontaires." Premier effort sur les tests salivaires, même si cela représente une infime partie des 164 écoles primaires du département

Le DASEN annonce également une accélération sur les tests antigéniques : "On va les déployer aussi dans les collèges et lycées. De 30 à 40 personnes testées lorsqu'une campagne était menée avant les vacances, on en testera là 150 à 200 parfois" explique Jean-Paul Obellianne. 

Le déploiement des auto-tests pour le personnel des écoles et pour les lycéens

Tous les personnels du premier degré (les enseignants, les ATSEM et les AESH) recevront une boite de cinq auto-tests pour les réaliser chez eux une à deux fois par semaine. L'éducation nationale réfléchit ensuite à la façon de déployer les auto-tests dans les lycées : "On va voir comment on s'organise pour faire les premiers tests de lycéens au sein de l'établissement, sur autorisation parentale et sous le contrôle d'un personnel de santé ou encadrants formés. Ensuite, on verra s'ils peuvent le faire à domicile." Quant aux collégiens, les services départementaux sont en attente d'un avis de la Haute Autorité de santé pour savoir s'il est possible d'abaisser l'âge des autotests, aujourd'hui réservé aux plus de 16 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess