Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Endométriose : des consultations obligatoires pour les jeunes filles, annonce le gouvernement

vendredi 8 mars 2019 à 10:48 - Mis à jour le vendredi 8 mars 2019 à 17:19 Par Raphaël Cann, France Bleu

Agnès Buzyn a présenté ce vendredi son plan contre l'endométriose. Invitée ce matin sur franceinfo, la ministre de la Santé a annoncé des consultations obligatoires pour les jeunes filles pour dépister précocement la maladie.

L'endométriose est concerne une femme sur dix en France
L'endométriose est concerne une femme sur dix en France © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

France

L'endométriose est "trop souvent ignorée" selon Agnès Buzyn. La ministre de la santé doit annoncer ce vendredi des mesures pour mieux prendre en charge cette pathologie gynécologique et notamment favoriser un "diagnostic précoce". 

Une femme sur dix est pourtant atteinte de cette maladie inflammatoire, provoquant des douleurs au moment des règles et, parfois, des problèmes d'infertilité.

Sur franceinfo ce vendredi, la ministre annonce notamment la mis en place  pour les enfants "des consultations obligatoires entre 11 et 13 ans et entre 15 et 17 ans.

Au cours de celles-ci, les jeunes filles seront interrogées sur ses symptômes "pour essayer d'identifier et de dépister cette maladie" précise-t-elle avant d'ajouter "ça permettra de gagner du temps sur le diagnostic".

La création de filières de prise en charge

Aujourd’hui, cette pathologie est diagnostiquée par hasard souvent avec un retard moyen de cinq années selon EndoFrance, l'association française de lutte contre l'endométriose.  Pour combler ce manque, la ministre de la Santé veut renforcer l'information à destination des femmes et des professionnels de santé par la création également de filières spécialisées.

"Nous allons créer _des filières de prise en charge dans toutes les régions_, de façon à ce que les femmes sachent vers qui se tourner, afin d'être mieux accompagnées, qu'elles puissent voir des professionnels plus spécialisés", déclare Agnès Buzyn. En novembre dernier, le Collège national des gynécologues et des obstétriciens demandaient à l'État la création de "centres experts"pour mieux traiter l'endométriose.