Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Endométriose en questions et réponses lors d'une conférence-débat ce jeudi soir

-
Par , France Bleu Berry

C'est une pathologie qui touche 10% des femmes ! L'endométriose qui provoque des saignements et peut conduire à de fortes douleurs a longtemps été une maladie sous-évaluée. Pour des infos claires, une conférence en ligne sur le sujet est donnée ce soir et tout le monde peut s'y connecter.

L'endométriose toucherait une femme sur 10 et peut provoquer des douleurs conséquentes
L'endométriose toucherait une femme sur 10 et peut provoquer des douleurs conséquentes © Maxppp - Rafael Ben-Ari

C'est sa vocation, l'association Endofrance s'est donné pour mission d'informer sur l'endométriose, les patients comme les professionnels de santé, car, comme le souligne Thomas Hébert, gynécologue au CHRU de Tours : "Beaucoup d'informations fausses ou d'avis tous faits circulent alors que les données sont relativement simples et plutôt bien connues." . 

Il donne ce soir à partir de 20 heures une visio-conférence sur le sujet. 

Première information : l'incidence de l'endométriose a longtemps été sous-évaluée ! Les raisons de cette implantation de cellules de l'endomètre en dehors de l'utérus (où elles devraient se fixer) demeurent pour l'instant mal expliquées. En revanche on sait à présent que cette pathologie est très répandue. Une femme sur 10 serait concernée même si les symptômes les plus graves sont heureusement aussi plus rares. "C'est plutôt une maladie chronique mais on arrive à la traiter" explique le docteur Hébert. Il faut parfois avoir recours à la chirurgie mais uniquement dans les cas plus extrêmes. 

La conférence est donnée depuis Tours mais se fait en ligne et tout le monde peut s'y connecter. Il suffit d'envoyer un mail à colloquechateauroux@endofrance.org . 

le docteur Thomas Hébert, du service gynécologie du CHRU de Tours

Choix de la station

À venir dansDanssecondess