Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'épidémie de rougeole continue de s'étendre en Nouvelle-Aquitaine

lundi 29 janvier 2018 à 16:29 Par Seina Baalouche, France Bleu Creuse, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde et France Bleu Périgord

Aujourd’hui, 150 cas ont été recensés. L'épidémie a démarré au mois de novembre sur la métropole bordelaise et progresse actuellement dans la Vienne avec des foyers sporadiques en Dordogne, en Charente et dans les Landes. L'ARS rappelle que le seul traitement contre la maladie reste la vaccination.

Sur 150 cas en Nouvelle-Aquitaine, 80% n'étaient pas vaccinés
Sur 150 cas en Nouvelle-Aquitaine, 80% n'étaient pas vaccinés © Maxppp - maxppp

Nouvelle-Aquitaine, France

L'Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine recense en moyenne six nouveaux cas de rougeole par jour. La couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine est "insuffisante" et "varie de 70,8% à 81% quand l'OMS recommande une couverture de 95%", précise l'ARS. Entre 2008 et 2016, plus de 24.000 cas de rougeole ont été déclarés en France. C'est une maladie extrêmement contagieuse puisqu'une personne contaminée peut en contaminer 20 autres. Dans la région, la maladie sur certains départements s'est développée de façon sporadique comme par exemple, dans les Landes avec seulement deux signalements. Mais la majorité des cas ont été déclarés en Gironde puisque sur 150 malades on en compte 130 dans le département.

Sur les 150 cas à peu près 80% n'étaient pas vaccinés" — Annie Burbaud, médecin à l'ARS Nouvelle-Aquitaine

"Cette maladie touche aussi bien les jeunes adultes que les adolescents et les jeunes enfants", poursuit la médecin, "le seul traitement que nous ayons actuellement est un traitement préventif et c'est la vaccination. Il n'y a pas de traitement curatif uniquement des traitements symptomatiques. Il faut bien voir aussi qu'une personne qui a été en contact avec un malade a la possibilité d'être vaccinée dans les 72 heures après la contamination. Il y a toujours possibilité de se faire vacciner." 

Annie Burbaud, médecin à l'ARS Nouvelle Aquitaine, le rapelle, le seul traitement contre l'épidémie, c’est la vaccination. - Radio France
Annie Burbaud, médecin à l'ARS Nouvelle Aquitaine, le rapelle, le seul traitement contre l'épidémie, c’est la vaccination. © Radio France - Seina Baalouche

Une maladie "qui peut être grave"

Annie Burbaud rappelle que la rougeole est une maladie "qui peut être grave" et qu'elle doit être prise au sérieux.  La médecin précise que  25 % des 150 personnes signalées ont dû être hospitalisées. Elle décrit les symptômes qui généralement débutent avec de la température et "un état de malade général et des signes respiratoires comme le nez qui coule ou des larmoiement au niveau des yeux" Annie Burbautprécise "au bout de trois jours apparaît une éruption qui va s'étendre de la tête vers le bas du corps. On est contagieux cinq joursavant et après l'éruption. C'est une maladie qui dure tout de même deux-trois semaines et entraîne un état de fatigue et peut aussi entraîner des complications d'ordres neurologiques ou respiratoires nécessitant une hospitalisation." 

La vaccination a permis de diminuer considérablement le nombre de cas de rougeole en France. 600 000 personnes était atteintes dans les années 1980, contre 2500 aujourd’hui.