Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'Etablissement Français du Sang dans les Hauts de France a besoin de vous

-
Par , France Bleu Picardie

L'EFS manque de sang. L'Etablissement Français du Sang dans les Hauts de France lance un appel ce mercredi matin sur France Bleu Picardie : tous les donneurs sont invités à prendre quelques minutes pour remplir les réserves !

Don du sang (illustration)
Don du sang (illustration) © Maxppp - Franck Fernandes

Amiens, France

En ce mois de janvier, les stocks de sang sont en baisse. Les réserves sont de plus en plus faibles, alors que les besoins restent toujours aussi importants. France Bleu Picardie a invité ce mercredi matin le docteur Sandrine Van Laer, directrice collecte et production des produits sanguins pour l'Etablissement Français du Sang dans les Hauts de France.

Pourquoi manque-t-on de sang en ce moment ?

Sandrine Van Laer : "On manque de sang parce que, traditionnellement, le mois de janvier est difficile. Cette année a été particulièrement compliquée parce que les collectes se sont assez mal déroulées depuis septembre. Les réserves étaient déjà extrêmement basses en fin d'année, et avec les vacances de Noël, période où les donneurs ne viennent pas nécessairement, les réserves sont encore plus basses que les années précédentes à la même époque".

Est-ce particulièrement le cas dans la Somme ?

Sandrine Van Laer : "C'est le cas dans l'ensemble des Hauts de France. Sachant que dans la Somme, on a moins de collecte, mais avec des donneurs très réactifs et généreux, donc beaucoup de collectes de la Somme marchent assez bien et on a du monde. Mais bizarrement, sur le site fixe d'Amiens, les donneurs ne sont pas toujours au rendez-vous, et c'est là qu'on voudrait avoir plus de donneurs puisqu'on est ouvert quasiment tous les jours".

La vague de froid a-t-elle également des conséquences sur l'affluence dans les centres de l'EFS ?

Sandrine Van Laer : "Oui, parce que les personnes se déplacent moins dès qu'il y a un peu de verglas, de neige, ou qu'il fait froid, en se disant qu'elles iront la prochaine fois. Mais donneur par donneur, ce report des dons finit par avoir des conséquences extrêmement négatives sur nos réserves".

Certains groupes sanguins manquent-ils plus que d'autres ?

Sandrine Van Laer : "Traditionnellement, les groupes négatifs sont difficiles, de manière chronique. Mais en ce moment, les 0+, A+ et B+ sont également faibles. Donc tous les donneurs sont appelés à donner quel que soit leur groupe sanguin".