Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les agriculteurs de Drôme et d'Ardèche observent de près le vote de l'Union européenne sur le glyphosate

mercredi 25 octobre 2017 à 5:55 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Les vingt-huit membres de l'UE doivent voter ce mercredi la prolongation de l'autorisation du glyphosate. Cette molécule active entre entre autre dans la composition du Round Up, le désherbant de Monsanto. Selon l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé la molécule est cancérogène.

En Ardèche, des faucheurs volontaires avaient tagué les bidons de Round Up
En Ardèche, des faucheurs volontaires avaient tagué les bidons de Round Up © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Privas, France

Le vote est observé de près par les agriculteurs de Drôme et d'Ardèche. Il en va de leur avenir dit la FDSEA.

Le glyphosate, une molécule cancérogène selon l'OMS

L'organisation mondiale de la santé a jugé "probablement cancérogène" la molécule de glyphosate. Une molécule qui entre depuis les années 70 dans la fabrication du Round Up un désherbant très connu mis au point par la firme américaine Monsanto. Il entre depuis dans la formule de nombreux herbicides. Mais depuis les années 90, sa dangerosité est montré du doigt. Les agences européennes de protection sanitaire et de contrôle des produits chimiques ne sont pas de cet avis.

"On veut bien arrêter d'utiliser le glyphosate, mais il faut nous proposer une alternative" — Olivier Fraisse, arboriculteur et viticulteur à Saint-Jean-de-Muzols.

Cet agriculteur ardéchois résume bien la position de la FDSEA, la fédération des syndicats d'exploitants agricoles. Le syndicat majoritaire milite pour un moratoire: ne pas interdire le glyphosate tout de suite et permettre aux agriculteurs de trouver une solution alternative. Car il faut bien désherber: les mauvaises herbes pompent de l'eau et des nutriments au sol qui ne vont pas à la plante cultivée. Certains agriculteurs utilisent le binage du sol pour désherber mais sur certaines parcelles ce n'est pas possible.

Les écologistes demandent une solution radicale

Le Parlement européen a voté mardi une interdiction de l'utilisation du glyphosate et une période de cinq ans pour y parvenir. Son avis est consultatif. Michèle Rivasi, députée européenne EELV de drômardèche a voté dans ce sens. Et l'argumentation des écologistes est assez simple. On a suffisamment attendu alors que l'on sait que ce produit est dangereux. Il est temps de l'interdire. C'est maintenant aux vingt-huit Etats-membres de voter pour interdire le glyphosate ou prolonger son utilisation au sein de l'Union.