Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'hôpital d'Avranches se prépare pour faire face à "la marée montante" de la Covid

-
Par , France Bleu Cotentin

Le centre hospitalier d'Avranches voit de nouveaux malades du coronavirus arrivés dans ses services depuis un mois. Lundi 19 octobre, onze cas positifs étaient hospitalisés dont un en réanimation.

Les Dr Borderan, Piednoir, Goddé et Mignot de l'hôpital d'Avranches
Les Dr Borderan, Piednoir, Goddé et Mignot de l'hôpital d'Avranches © Radio France - Lucie THUILLET

Fort de l'expérience du printemps, le centre hospitalier d'Avranches se prépare. La moitié d'un service de  médecine, soit 15 lits, accueillent en ce moment des patients atteints par la Covid-19. Le service est plein mais avec les tests désormais très rapides - moins de 24h - et avec ce qu'on connait de la maladie, on est plus à même d'anticiper qu'au printemps dernier, assure le Dr Emmanuel Piednoir, infectiologue :

On a plutôt l'impression d'une marée montante donc on sent que oui, petit à petit, ça monte. On se prépare un peu plus sereinement qu'an mars-avril parce qu'on a beaucoup appris de la maladie, sur la prise en charge, sur les moyens d'en prévenir la transmission et sur notre organisation hospitalière.

La réanimation est renforcée : elle qui compte d'habitude 8 lits peut passer à 18 lits. L'unité de soins intensifs de cardiologie sera alors transformée en réanimation.  Les infirmières et le personnel de ce service ont été formés pour pouvoir prendre en charge ces malades atteints par le coronavirus.

On a réfléchi à une augmentation du nombre de lits de réanimation à l'échelle de notre territoire mais aussi éventuellement d'un besoin régional ou national pour venir en aide à d'autres territoires en difficulté, explique le Dr Frédéric Goddé, réanimateur.

Quand aux drive-tests d'Avranches et de Saint-Hilaire-du-Harcouët, qui fonctionnent toujours sur ordonnance ou pour les personnes symptomatiques, ils ont déjà permis de tester près de 30.000 personnes depuis le mois de mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess