Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'hôpital de Fougères a désormais son IRM

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Le centre hospitalier de Fougères a son IRM flambant neuve. Les premiers patients sont accueillis dès ce lundi 16 septembre.

Les docteurs Meunier et Benslimane et le directeur adjoint du CH de Fougères Jean Michel Lacroix devant l'IRM de Fougères
Les docteurs Meunier et Benslimane et le directeur adjoint du CH de Fougères Jean Michel Lacroix devant l'IRM de Fougères © Radio France - Fanny Beaurel

Fougères, France

"C'est une petite révolution pour le centre hospitalier" explique le Dr Catherine Meunier, radiologue en temps partagé entre le CHU de Rennes et le centre hospitalier de Fougères. Après deux ans de travail des équipes médicales des centres hospitaliers de Fougères, Vitré, du CHU de Rennes et du groupe privé Imagerie médicale en Bretagne, l'IRM est fin prête. A compter de ce lundi 16 septembre, les patients des bassins de Fougères et de Vitré vont donc pouvoir bénéficier d'un service bien plus proche, plus besoin d'aller jusqu'à Rennes à part si les examens nécessitent un appareil beaucoup plus puissant. C'est également une bonne nouvelle pour les équipes médicales. "Pour le secrétariat, c'est la prise en compte de nombreux éléments nouveaux, pour les manipulateurs c'est beaucoup d'heures de formation. C'est aussi important pour l'attractivité médicale du territoire car un plateau technique moderne comme celui ci est un atout pour toute la population" explique le Dr Catherine Meunier. 

Pas question de l'utiliser à tort et à travers

Les IRM prescrites doivent être judicieuses. L'équipe sur place a d'ailleurs déjà établi la répartition des examens qui y seront pratiqués : 40 % seront à vocation neurologique, 40 % également d'examens ostéo-articulaires. Les 20% restants concerneront le digestif et quelques autres spécialités diverses sans compter évidemment les urgences absolues comme pour les accidents vasculaires cérébraux où la prise en charge doit être extrêmement rapide.

Une douzaine de patients par demi journée

Le service attend une douzaine de patients par demi journée mais pour que l'IRM soit rentable et donc pérenne, elle a coûté 1 million 200 000 euros, la priorité sera donnée aux consultations externes. "Ceci veut dire que pour le patient hospitalisé, dans la grande majorité des cas, il sortira de l'hôpital avec une ordonnance et il sera repris en consultation externe pour son examen" explique le Dr Catherine Meunier.

Quant aux délais d'attente, il y en aura c'est sûr, tout sera question de priorité.

Choix de la station

France Bleu