Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'hôpital de Lisieux prêt pour accueillir les futures mamans de l'ouest de l'Eure

jeudi 14 mars 2019 à 18:27 Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Depuis la fermeture en début de semaine de la maternité de Bernay, les futures mamans doivent se rendre à Évreux (Eure) ou à Lisieux dans le Calvados pour accoucher. À l'hôpital Robert Bisson, qui pratique plus de 1400 accouchements annuels, tout est prêt pour les prendre en charge.

De un à quinze accouchements par jour, les sages-femmes de l'hôpital de Lisieux sont prêtes
De un à quinze accouchements par jour, les sages-femmes de l'hôpital de Lisieux sont prêtes © Radio France - Laurent Philippot

Lisieux, France

Bernay-Lisieux, c'est 35 minutes de trajet. L'hôpital Robert Bisson est donc plus près pour les futures mamans de l'ouest de l'Eure que l'hôpital de Cambolle à Évreux, situé à 50 minutes de route. Et si depuis lundi, il y a un peu plus d'activité dans l'établissement du Calvados, ce n'est pas forcément à cause de la fermeture de la maternité de Bernay explique Fabienne Rubin, la sage-femme coordinatrice du service gynécologie obstétrique : "les tempêtes, les orages, les pleines lunes, ça fait accoucher les gens". Des faits qu'elle a pu constater en plus de quarante ans de carrière et au moins 10000 accouchements à son compteur. Et si une partie des futurs mamans va désormais accoucher à Lisieux, l’établissement est prêt. L'hôpital Robert Bisson, qui réalise 1400 à 1450 accouchements par an, avait déjà connu la même situation en 2003 lors de la fermeture de l'autre maternité de l'ouest de l'Eure, celle de Pont-Audemer. 

Historiquement, on a toujours eu des patientes qui venaient chez nous, du fait de notre niveau 2B" - Fabienne Rubin, sage-femme coordinatrice

Un niveau 2B, c'est ce qui permet de prendre en charge des grossesses pathologiques ou des enfants prématurés, ce qui n'était pas possible à Bernay qui était une maternité de niveau 1. 

Une des quatre salles de pré-travail  - Radio France
Une des quatre salles de pré-travail © Radio France - Laurent Philippot

L'accueil des patientes de Bernay anticipé

Pendant plusieurs mois, les deux hôpitaux ont travaillé de concert pour permettre le meilleur accueil possible des futures mères avec notamment la transmission des dossiers de suivi de grossesse.   "Il y a une envie que tout se passe bien" dit Fabien Rubin,"car _il n'y a pas pire pour une femme enceinte que de ne pas savoir où elle va accoucher"_. Pour les mamans et les papas qui le souhaitent, des visites en amont de la grossesse sont organisées et le personnel doit bien souvent répondre à des questions très simples : par quelle porte je vais rentrer la nuit ? Quel ascenseur ? À qui je vais me confier ? Autant de questions qui peuvent aussi être posées lors des examens prénatals obligatoires. Et pour s'y rendre, car certaines femmes font part de problème de mobilité (à Bernay, certaines d'entre elles venaient accoucher à scooter), Fabienne Rubin rappelle qu'il existe une ligne directe SNCF entre Bernay et Lisieux. 

Visite de la maternité de Bernay

Fabienne Rubin n'est pas peu fière de SA maternité. Un équipement qui a moins de dix ans, réparti sur deux étages, et qui a été pensé pour optimiser l'accueil car une maternité ne se résume pas à l'accouchement et à l'hospitalisation. Sur le palier, l'accueil des urgences gynécologiques et maternité avec des salles de consultations et juste à côté le secteur naissance, avec les salles de pré-travail et les salles de naissance. 

La salle nature, décorée par le personnel, avec sa baignoire  - Radio France
La salle nature, décorée par le personnel, avec sa baignoire © Radio France - Laurent Philippot

"Ici pas de couleurs pastel", mais du "jaune tournesol" sur les murs des couloirs du secteur hospitalisation :  34 lits en tout (26 chambres individuelles et 4 chambres doubles), certaines avec vue sur le pays d'Auge. Tout au bout du couloir, la place du village où les familles peuvent se retrouver. Les fauteuils, la nuit, se transforment en lit, pour les papas qui veulent rester auprès de leur femme, c'est ce qu'a fait Simon dans la nuit de dimanche à lundi. 

La place du village avec Delphine et Simon, leur fils Nolan qui est né lundi, et toute la famille - Radio France
La place du village avec Delphine et Simon, leur fils Nolan qui est né lundi, et toute la famille © Radio France - Laurent Philippot

Delphine vient d'accoucher de Nolan. Elle est originaire de Brionne dans l'Eure, mais elle est venue directement à Lisieux, explique-t-elle, parce que "ses belles-sœurs lui avaient conseillé de venir ici". Même son de cloche de la part de Dominique, la grand-mère, qui fait de la pub pour l’hôpital de Lisieux, "pour une fois que j'ai la radio, j'en profite" explique-t-elle en riant, "la maternité de Lisieux, au top, personnel, encadrants, pédiatres, c'est nickel !"