Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'hôpital de Tours partie prenante dans une étude mondiale sur les traitements aux corticoïdes contre la Covid

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Les données collectées par le CHRU de Tours dans le cadre de l'étude CAPE-COVID font partie de celles analysées par l'Organisation Mondiale de la Santé pour valider l'utilisation de corticoïdes face aux cas graves de coronavirus. C'est un véritable tournant pour la prise en charge de ces patients.

Le Professeur Pierre-François Dequin, chef du service de médecine intensive-réanimation au CHRU de Tours, menait l'étude CAPE-COVID intégré dans les données mondiales analysées par l'OMS.
Le Professeur Pierre-François Dequin, chef du service de médecine intensive-réanimation au CHRU de Tours, menait l'étude CAPE-COVID intégré dans les données mondiales analysées par l'OMS. © Radio France - Noémie Philippot

C'est une véritable avancée pour prendre en charge les personnes gravement malades de la Covid-19 : les corticoïdes feraient diminuer le risque de mortalité des formes sévères liées au virus. C'est le résultat d'une analyse coordonnée par l'Organisation Mondiale de la Santé à laquelle le CHRU de Tours a contribué en encadrant l'étude CAPE-COVID en France. 

En tout, 1.703 patients de douze pays différents sont pris en compte dans ce que les chercheurs appellent une "méta-analyse." Cela permet d'élargir la base pour les statistiques et donc d'obtenir des résultats plus rapidement

Un gain de survie d'un peu plus de 20%

Certains ont reçu un placebo pendant que d'autres recevaient des corticoïdes. Pour eux, après trois à quatre semaines de traitement, les résultats sont très encourageants : "Chez les patients atteints de forme sévère de coronavirus, ceux qui sont en réanimation, il y a un gain de survie d'un peu plus de 20%" explique le Professeur Pierre-François Dequin, chef du service de médecine intensive-réanimation à l'hôpital de Tours, à la tête de l'étude française.

Face à ces résultats, il ne faut plus attendre pour utiliser ces médicaments : "D'ores et déjà dans le courant de l'été, je pense que tous les réanimateurs ont pris l'habitude de prescrire des corticoïdes à ces patients. _Les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé seront publiées la semaine prochaine_. Elles disent très clairement : il faut utiliser les corticoïdes sur les patients les plus sévères et il ne faut pas les utiliser chez les patients les moins sévères."

Seulement pour les patients soignés en réanimation

Pour les cas les moins graves, qui n'ont pas besoin d'être hospitalisés, on ne sait pas encore si le bénéfice l'emporterait sur le risque explique Pierre-François Dequin : "Chez ces patients-là, il n'y a rien de prouvé et on ne peut pas non plus affirmer que c'est prudent de l'utiliser parce que peut-être que dans ces formes-là, on a au contraire des effets secondaires." Les corticoïdes sont donc uniquement utilisés sur prescription pour des patients qui se trouvent dans un état grave.

La recherche continue pour voir si les effets positifs des corticoïdes se confirment sur un temps plus long et essayer de mieux comprendre comment ce traitement agit sur les défenses immunitaires. Les corticoïdes présentent aussi l'avantage d'être des médicaments connus depuis plus de 70 ans, et "ils ne coûtent rien" précise Pierre-François Dequin. "Globalement c'est quelque chose qui est parfaitement transposable dans tous les pays du monde, y compris dans ceux qui ont des ressources budgétaires limitées."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess