Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'hôpital Dijon Bourgogne veut être à la pointe sur la chirurgie ambulatoire

vendredi 27 avril 2018 à 17:36 Par Maxime Bacquié, France Bleu Bourgogne

Inauguré ce vendredi alors qu'il a ouvert ses portes au public au mois d'août dernier, l'hôpital privé Dijon Bourgogne s'est fixé un objectif ambitieux : réaliser 7 opérations chirurgicales sur 10 en ambulatoire, ou "chirurgie d'un jour", un domaine où la France et la Bourgogne sont très en retard.

L'hôpital privé Dijon Bourgogne a été inauguré ce vendredi.
L'hôpital privé Dijon Bourgogne a été inauguré ce vendredi. © Radio France - Maxime Bacquié

Dijon, France

Avec moins de 45 % des actes chirurgicaux réalisés en ambulatoire, la France est aujourd'hui à la traîne par rapport à ses voisins d'Europe du Nord, où la moyenne atteint 65 %. Passer moins de douze heures à l'hôpital, c'est pourtant un véritable défi lancé par le gouvernement, qui veut que la part des hospitalisations en ambulatoire atteigne 70 % d'ici la fin du quinquennat.

La Bourgogne est l'une des régions qui se situent dans la moyenne basse en France concernant la chirurgie ambulatoire. - Aucun(e)
La Bourgogne est l'une des régions qui se situent dans la moyenne basse en France concernant la chirurgie ambulatoire. - Ministère de la Santé

A l'hôpital Dijon Bourgogne, ouvert au public depuis le 3 août dernier mais inauguré seulement ce vendredi, tout a été fait pour respecter le cap fixé par le gouvernement. Le service ambulatoire est intégré au service chirurgical, le patient peut donc arriver le matin, se mettre en tenue pour l'opération, patienter dans une pièce commune, être opéré (l'ambulatoire est compatible avec toutes les opérations) et rentrer chez lui le soir-même, sans passer la nuit à l'hôpital.

Contrairement aux idées reçues, l'acte chirurgical et l'anesthésie sont exactement les mêmes que pour une opération à temps complet. C'est l'organisation qui change. Le patient connaît par exemple son heure de rendez-vous à l'hôpital seulement deux jours avant l'opération. Il doit aussi s'inscrire via une plateforme. 

"C'est moins de stress et le risque d'infection nosocomiale diminue"

Cette méthode permet à l'Assurance maladie de faire des économies, qui prend en charge 80 % des frais médicaux, hôpital public ou privé. "Le patient aussi s'y retrouve," affirme le directeur de l'hôpital Dijon Bourgogne Philippe Carbonel. "C'est moins de stress pour lui, et le risque d'infection nosocomiale diminue puisqu'il ne passe plus la nuit à l'hôpital." "Il faut que l'humain reste la priorité, et pas l'aspect financier," prévient le député Les républicains de Côte d'Or Rémi Delatte, qui reconnaît malgré tout que l'ambulatoire est "une priorité" pour réduire les frais de santé.

6 patients opérés à l'hôpital Dijon Bourgogne sur 10 rentrent chez eux le soir-même

Depuis le mois d'août et l'ouverture au public, l'établissement réalise près de six opérations sur dix en ambulatoire et espère atteindre 68 % d'ici quelques mois, proche de l'objectif fixé par le gouvernement. Le service ambulatoire compte 71 places et l'hôpital accueil jusqu'à 100 patients par jour depuis le mois d'août.