Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L’hôpital Henri Laborit de Poitiers se forme pour soigner les traumatismes post-attentats

-
Par , France Bleu Poitou

Le professeur Alain Brunet a développé il y a plusieurs années un traitement destiné à soigner les stress post-traumatique. Il a formé cette semaine des médecins poitevins. Son traitement a déjà soigné plusieurs dizaines de victimes du Bataclan.

Mémorial éphémère disposé devant le Bataclan à la suite des attaques du 13 novembre (Paris)
Mémorial éphémère disposé devant le Bataclan à la suite des attaques du 13 novembre (Paris) © Radio France - Olivier Bénis

Poitiers, France

Le professeur Alain Brunet était reçu par l'Unité de Recherche Clinique de l’hôpital Henri Laborit de Poitiers cette semaine. Il formait les praticiens poitevins à son traitement du syndrome de stress post-traumatique. Son traitement est utilisé depuis 2015 pour soigner les traumatismes des victimes des attentats du Bataclan et de Nice notamment. 

Un stress post-traumatique intervient lorsque la charge émotionnelle est trop forte sur un souvenir souvent mortifère. Ce souvenir peut alors avoir des conséquences physiques et sociales dans le quotidien des victimes.

Mon objectif est de sortir les victimes de leur état de choc, pour leur redonner les moyens de vivre au quotidien
Alain Brunet, enseignant-chercheur à l'université de McGuill

Le traitement du professeur est basé sur l'utilisation du propranolol. Dans le traitement développé par le professeur un patient est amené à écrire l'ensemble de son souvenir traumatisant sur une feuille. Il ingère ensuite la pilule puis relis son souvenir écrit. La molécule de son coté va agir lors de la relecture en abaissant la charge émotionnelle du souvenir lors de sa relecture. 

Le professeur Alain Brunet accompagné du docteur Nemat Jaafari à l’hôpital Henri Laborit - Radio France
Le professeur Alain Brunet accompagné du docteur Nemat Jaafari à l’hôpital Henri Laborit © Radio France - Valentin BOISSAIS

Lors de ses études, le professeur Brunet a obtenu des résultats probants : 70% des patients ont été soignés en six semaines de traitement. 

Des applications amenées à se multiplier au delà des attentats 

Depuis 2015, avec l'aide de l'APHP, Alain Brunet a mit en place le programme Paris : Mémoire Vive. Parmi les 300 patients traités, certains sont victimes d'accidents de la route. Le professeur imagine aussi une application pour les deuils particulièrement douloureux.

Enfin l'une des étudiantes d'Alain Brunet a lancé une étude destiné à tester l’efficacité du traitement sur des patients victimes de chagrins d'amour particulièrement douloureux. Selon le professeur les résultats sont encourageants. Il envisage donc de généraliser l'usage du propranolol pour tous les types de syndromes de stress post-traumatiques.