Santé – Sciences

L'hôpital nord Deux-Sèvres va-t-il perdre sa certification ?

Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou vendredi 2 septembre 2016 à 19:34

Hôpital (illustration)
Hôpital (illustration) © Maxppp -

Après sa visite au mois d'avril, la Haute autorité de santé (HAS) demande au centre hospitalier nord Deux-Sèvres d'améliorer la formalisation des procédures. Son pré-rapport signale "un risque de non-certification".

Ce n'est pas sur les soins mais sur la traçabilité de ces soins que le bât blesse. Exemple : "quand on vérifie l'identité d'un patient, il faut le faire à l'oral, ça tout le monde le fait, mais il faut aussi le tracer sur le dossier patient informatisé", explique Sophie Labart, nouvelle directrice adjointe du centre hospitalier nord Deux-Sèvres.

Un constat qui conduit la Haute autorité de santé à demander des améliorations à l'établissement qui compte 3 sites (Parthenay, Bressuire et Thouars) et alors qu'un nouvel hôpital est en construction à Faye-l'Abbesse.

Le soignant préfère donner le médicament que noter qu'il a donné le médicament

Pour la CGT, ce manque de formalisation est clairement lié à un problème de moyens. "130 postes supprimés ces deux dernières années", chiffre Philippe Cochard, délégué CGT, qui poursuit avec un cas concret : "Une infirmière qui a 30 patients et qui doit cocher de manière informatique qu'elle a donné l'ensemble du traitement, c'est un temps important qui n'est pas pris en compte".

Du côté de la direction, on réfute l'argument sur les moyens. "Ils sont adaptés à l'organisation", répond Sophie Labart. Pour la directrice adjointe, il s'agit plus d'un problème de pratique. "Il faut beaucoup écrire et formaliser par écrit ce n'est pas la mission première d'un soignant et parfois ce n'est pas automatisé avec l'informatisation", explique-t-elle.

Une réunion est prévue fin septembre, début octobre entre la Haute autorité de santé et le centre hospitalier. Le rapport final de l'HAS sera rendu début novembre. Ne pas avoir la certification peut entrainer la fermeture de certains services par l'Agence régionale de santé mais les choses n'en sont pas là.

Il y a quatre ans, lors de la dernière visite de l'HAS, le centre hospitalier nord Deux-Sèvres avait eu un sursis à certification pour se mettre en conformité avec les règles de l'autorité publique et avait fini par l'obtenir.