Santé – Sciences

L'incinérateur de Lunel-Viel, un risque pour la santé des riverains ?

Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault vendredi 16 décembre 2016 à 7:00

© Maxppp -

Le professeur Charles Sultan, pédiatre endocrinologue, donne une conférence ce vendredi soir sur les risques de l'incinérateur de Lunel-Viel (Hérault). Il dénonce les dangers des dioxines, notamment pour les enfants.

Quels risques l'incinérateur de Lunel-Viel présente-t-il pour la santé des riverains? Le professeur Charles Sultan donne une conférence ce vendredi soir à Lansargues pour exposer les dangers potentiels liés aux rejets de cette usine.

Le chef du service d'endocrinologie pédiatrique au CHU de Montpellier dénonce depuis des années les dangers des pesticides pour la santé. Là, il s'attaque aux rejets de dioxine qui favorisent les maladies endocriniennes.

Un incinérateur, même aux normes comme à Lunel-Viel, rejette nanoparticules, poussières fines et dioxines, perturbateurs endocriniens à l'origine de malformations du nouveau-né, notamment l'hypospadias (malformation génitale du petit garçon).

Le nombre de cas double dans un rayon de 5 à 10 kilomètres autour d'un incinérateur. Avec au bout, des risques accrus de stérilité et de cancer.

Les normes sur les rejets de dioxine ont 30 ans

"Le professeur Sultan vient tirer une sonnette d'alarme" explique Francis Glémet, de l'AMIES, association pour l'environnement et la santé publique. "Il faut revoir les normes en application sur les dioxines dans les fumées de l'incinérateur. Elle ont 30 ans. En 30 ans les connaissances ont évolué. On sait qu'elles sont porteuses de risques cancéreux et de dangers."

Francis Glemet, de l'AMIES: "revoir les normes sur les dioxines"

Le secteur le plus touché n'est pas celui qu'on croit

Francis Glémet se présente comme un "lanceur d'alerte". Il détaillera ce vendredi soir les conclusions du dernier recensement des cas de cancer autour de l'incinérateur de Lunel-Viel, un document daté de juin 2016. "Quand on regarde les chiffres, ils sont en sur-incidence, quel que soit l'âge et le sexe" des riverains.

Mais le secteur le plus touché n'est pas forcément celui qu'on croit : ce ne sont pas les abords immédiats de l'usine, mais plutôt un cercle entre 5 et 10 kilomètres autour. C'est là que le vent pousse les particules fines, développe Francis Glémet.

La géographie des cas de cancers autour de l'incinérateur

La conférence se tient ce vendredi à 18h, salle Simone Signoret à Lansargues.