Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'Indre et le Cher manquent de lits de rééducation pour les victimes d'AVC

-
Par , France Bleu Berry

Toutes les quatre minutes en France, une personne fait un AVC. La journée mondiale de cette maladie est l'occasion pour Agnès Tatin-Guérin, animatrice du réseau AVC dans le Cher de signaler le manque de lits de rééducation pour les personnes touchées.

Agnès Tatin-Guérin organise et anime des actions de prévention contre l'AVC
Agnès Tatin-Guérin organise et anime des actions de prévention contre l'AVC © Radio France - François Chagnaud

150.000 nouveaux accidents vasculaires cérébraux par an en France et 75% des malades en gardent des séquelles cognitives et motrices. Un tiers des personnes touchées doivent ensuite être soignées dans un centre de rééducation ou de réadaptation. Mais en Berry, les places manquent selon Agnès Tatin-Guérin animatrice de la filière AVC du Cher.

"Les structures d'aval sont insuffisantes", confirme Agnès Tatin-Guérin. En particulier en ce qui concerne la rééducation. "Les patients du Cher doivent être envoyés dans la Nièvre, l'Indre et le Loiret", poursuit-elle. Il y a environ 900 AVC chaque année dans le Cher, mais il n'y a que 25 lits de rééducation à Vierzon".

Manque de personnel soignant

La première cause de ces manques, c'est la pénurie d'effectifs. L'Indre et le Cher font partie des deux départements de la région Centre-Val-de-Loire dans lesquels ont compte le moins de médecins généralistes. Ils ne seraient plus qu'environ 70 pour 100.000 habitants dans les deux départements du Berry. 

"Cela fait quatre ans que nous cherchons à recruter une orthophoniste", déplore Agnès Tatin-Guérin. L'Indre et le Cher manquent également de kinésithérapeutes, d'ergothérapeutes, de psychothérapeutes. Autant de spécialités nécessaires pour encadrer et ramener les patients victimes d'accidents vasculaires cérébraux vers l'autonomie.

La prévention comme arme 

Pour limiter ces séquelles, il faut agir vite. Et apprendre à repérer les symptômes de l'AVC. En cas de difficultés soudaines à s'exprimer, de perte de l'attention ou de diminution très brutale de la vision d'un oeil ou de paralysies ou d'engourdissements brutaux d'un coté du corps, il ne faut pas hésiter à appeler le 15. 

Le meilleur moyen de réduire les risques reste de faire attention à son hygiène de vie. Réduire sa consommation d'alcool et de tabac, pratiquer une activité physique régulière, améliorer son régime alimentaire ... Agnès Tatin-Guérin insiste également sur l'importance d'un suivi médical régulier. 

Les AVC sont la première cause de handicap physique acquis en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess