Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

L'institut de kiné d'Orléans devient une école universitaire

-
Par , France Bleu Orléans

L'Institut régional de formation en masso-kinésithérapie est désormais rattaché à l'Université d'Orléans, et non plus au CHRO. Un changement loin d'être anecdotique, espèrent aussi bien l'école que l'Université.

Une école universitaire de kiné dans une fac sans composante-santé, c'est une première en France
Une école universitaire de kiné dans une fac sans composante-santé, c'est une première en France © Maxppp - Caroline Blumberg

Orléans, France

A Orléans, les étudiants de la nouvelle promotion en kinésithérapie commencent les cours ce mercredi matin, après avoir accompli les formalités administratives et passé des tests d'anglais hier. Et cette rentrée est tout simplement historique : l'école de kinésithérapie, qui dépendait depuis 1968 de l'Hôpital d'Orléans, est désormais rattachée à l'Université d'Orléans. Avec d'ailleurs un changement de nom : ce n'est plus l'institut régional de formation en masso-kinésithérapie (IRFMK), mais l'école universitaire de masseurs-kinésithérapeutes de la région Centre Val-de-Loire (EUMK).

Une première en France

C'est en fait une première en France, souligne Annabelle Couillandre, l'administratrice provisoire de l'école : "On est la première école universitaire de kinésithérapie dans une Université qui jusqu'ici n'avait pas de composante santé." La discipline devient donc la onzième composante de l'Université d'Orléans. On est certes loin du rêve d'une faculté de médecine, mais pour la fac orléanaise, c'est tout un symbole : la première pierre d'une composante santé qui jusqu'ici lui faisait défaut.

Chaque promotion de l'école de kinés d'Orléans compte 90 élèves - Radio France
Chaque promotion de l'école de kinés d'Orléans compte 90 élèves © Radio France - François Guéroult

Mais pour l'école de kiné, également, ce changement est important, en terme de visibilité et d'accès à la recherche. "On attendait cela depuis longtemps, explique Annabelle Couillandre : le fait de devenir universitaire, c'est pour nous une belle opportunité de développer la formation. On va pouvoir accéder à la recherche pour la pédagogie, ainsi qu'à des laboratoires de recherche - on peut imaginer à terme développer un doctorat en physiothérapie ou dans des sciences connexes ! Et, effectivement, on aura davantage de visibilité à l'international, car certaines universités à l'étranger ne collaborent avec des écoles de kiné que si elles sont universitaires. Nos étudiants pourront donc bénéficier de compétences et d'échanges à l'international."

Chaque année, une promotion de 90 élèves

L'idée aussi est de récupérer dans 5 ans les locaux de la fac de droit qui doit déménager en centre-ville, notamment pour créer une clinique pédagogique, où les étudiants pourront s'exercer sur des patients volontaires.

En revanche, pas de changement sur les promotions : toujours 90 élèves recrutés après une première année universitaire validée - 69 étudiants viennent de Tours (dont 63 de la PACES, première année commune aux études de santé), 21 d'Orléans (dont 15 des STAPS, la filière sports). Les études durent 4 ans, les frais de scolarité s'élèvent à environ 200 € par an, loin des 10 000 € par an de certaines écoles privées... Et le financement de l'école est toujours supporté par la Région : 1,9 milllion d'euros de budget cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu