Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'intelligence artificielle, arme du futur contre le cancer ?

lundi 27 août 2018 à 18:47 - Mis à jour le lundi 27 août 2018 à 18:56 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Des chercheurs ont annoncé avoir conçu un logiciel qui optimise l'utilisation de l'immunothérapie grâce à un algorithme. Comment ça marche ? Zoom sur leur étude publiée dans la revue The Lancet Oncology, datée du mois d'août.

L'ordinateur a ingurgité les scanners de 500 patients et patientes adultes, avec un cancer du poumon, du sein, du rein, etc.
L'ordinateur a ingurgité les scanners de 500 patients et patientes adultes, avec un cancer du poumon, du sein, du rein, etc. © AFP - RAGUET H. / BSIP

C'est peut-être l'une des solutions du futur pour lutter contre le cancer : des chercheurs ont mené une étude qui combine l'immunothérapie et l'intelligence artificielle et publient en ce mois d'août des résultats "très prometteurs", dans la revue The Lancet Oncology (article en anglais).

Sélectionner les malades, et les traitements

L'objectif de ces médecins du centre régional de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, à Villejuif : optimiser l'immunothérapie, traitement d'avenir qui stimule les défenses immunitaires pour venir à bout des cellules malades. 

"L’immunothérapie est un traitement qui révolutionne la prise en charge des cancers, mais qui pose le challenge de savoir et de prédire quel patient va répondre au traitement", a expliqué sur franceinfo Eric Deutsch, chef du département médical de radiothérapie. 15 à 30 % des malades réagissent à l'heure actuelle à ce type de traitement, sans causes bien identifiées.

500 scanners en mémoire

Comment cibler les patients susceptibles d'être réceptifs, et quel traitement par immunothérapie leur prescrire ? C'est à ces questions que le logiciel conçu par les chercheurs apporte des réponses. "Nous avons utilisé l’intelligence artificielle pour tenter d’apprendre à des ordinateurs quel patient allaient répondre ou n’allaient pas répondre à l’immunothérapie, uniquement en regardant les scanners", a expliqué Eric Deutsch. 

Ces ordinateurs ont donc, pendant plus de deux ans, ingurgité les images prélevées sur 500 patients et patientes adultes, malades de cancers de différents types, pour "notamment apprendre à reconnaître les tumeurs riches en lymphocytes T, car l’immunothérapie est plus efficace lorsque c’est le cas".

L'algorithme regarde ce que l’œil du médecin ne peut pas voir" - Eric Deutsch

"L’algorithme regarde ce qu’il y a dans la tumeur, ce que l’œil du médecin ne peut pas voir", a ajouté Eric Deutsch. "On donne à l’ordinateur une image remplie d’informations biologiques, pour dire ou pas si une tumeur est riche en cellules tueuses qui sont responsables de l’efficacité de l’immunothérapie".

"Un potentiel formidable"

Le logiciel, grâce à son algorithme, va ensuite "permettre d’aller de plus en plus vite" pour déterminer le traitement le plus efficace possible. "Ça change la donne et c’est une démonstration très claire de l’apport de l’intelligence artificielle à la médecine de précision et à la personnalisation des traitements, et donc à une meilleure prescription des immunothérapies", a ajouté Eric Deutsch. "Il faut augmenter le nombre de patients, affiner la signature", a conclu le scientifique dans une interview accordée au Parisien, "mais on a là un potentiel formidable"