Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L'Isère teste les objets connectés pour permettre aux seniors de vieillir mieux et chez eux

mardi 17 avril 2018 à 6:37 Par Marion Aquilina, France Bleu Isère

Une tablette donnée aux personnes âgées pour leur permettre d'être suivie en temps réel par tout le personnel soignant. C'est l'expérience lancée par IsèreADOM et le conseil départemental de l'Isère. Pour l'instant une cinquantaine de personnes âgées participent.

Jacques a 84 ans, il dispose d'objets connectés pour rester chez lui tout en étant surveillé par ses médecins
Jacques a 84 ans, il dispose d'objets connectés pour rester chez lui tout en étant surveillé par ses médecins © Radio France - Marion Aquilina

Isère, France

Vieillir mieux et chez soi. C'est l'objectif de l'expérimentation lancée par le dispositif IsèreADOM. Les personnes âgées ont du matériel médical chez eux, connecté et qui permet au personnel soignant de suivre en temps réel l'état de santé des patients. Jacques Muth fait partie des 50 personnes qui participent.

"Je me pèse deux fois par semaine, je prends ma tension et mon pouls", explique Jacques, grenoblois âgé de 84 ans, féru de peinture et de mots fléchés. Toutes les données sont récupérées pour surveiller ses problèmes d'insuffisance cardiaque via une plate-forme. "Une plate-forme accessible qui permet aux infirmières d'appeler tout de suite en cas d'anomalie" ajoute Laura Bonnefoy, vice-présidente en charge de l'autonomie au conseil départemental de l'Isère.

Une solution à la désertification médicale ?

Le président du conseil départemental, Jean-Pierre Barbier, estime qu'en Isère 17 000 personnes seraient concernées. Pour le pharmacien référent de Jacques : "Permettre à des personnes âgées de rester chez elle tout en assurant un suivi permet également de limiter un engorgement des hôpitaux". Pour l'instant l'expérimentation est réalisée dans 4 secteurs : l'agglomération grenobloise, le Vercors, la Bièvre et les portes des Alpes.