Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Un laboratoire de l'université de Franche-Comté participe à la recherche contre le Coronavirus

Un des laboratoires de l'université de Franche-Comté a décidé de participer à l'effort national dans la recherche contre le Coronavirus, fort de son expérience sur d'autres virus.

Le laboratoire est composé de virologues et bactériologistes (illustration)
Le laboratoire est composé de virologues et bactériologistes (illustration) © Maxppp - .

C'est un laboratoire spécialisé de l'UFR sciences de la santé de l'université de Franche-Comté. Installé à Besançon, Epilab, c'est son nom, est composé d'une vingtaine de virologues et de bactériologistes. Ces chercheurs ont décidé, vu le contexte, de participer aux recherches contre le Coronavirus, forts de leur expérience. 

L'unité de recherche a déjà travaillé sur des traitements anti VIH

"Cela fait de nombreuses années que notre laboratoire teste des traitements anti-viraux sur le VIH (Sida)" explique ainsi le professeur Georges Herbin, le directeur de ce laboratoire de Haute sécurité, dédié aux agents pathogènes dangereux. "Or il y a beaucoup de similarités entre ces deux virus. L'idée est donc d'appliquer ce que l'on a appris dans le traitement anti-VIH, notamment pour modifier l'enveloppe cellulaire dans lequel le virus va se répliquer. De sorte qu'il se réplique moins". 

"Si l'une des molécules est efficace, on pourrait la rajouter aux traitements testés en ce moment, notamment au niveau européen, car on sait que pour combattre le virus, il faudra une combinaison de traitements, comme dans le VIH d'ailleurs". Une vingtaine de molécules sont ainsi testées en ce moment par le labo. Les premiers résultats pourraient être connus d'ici trois semaines. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu