Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

L’université de Reims vient de le prouver : les poignées de portes en cuivre éliminent les bactéries

lundi 12 mars 2018 à 10:02 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

On le savait déjà, c'est confirmé, y compris pour les lieux accueillant du public : le cuivre a des propriétés antibactériennes importantes. L’Université de Reims Champagne-Ardenne vient de le prouver à la suite d’un programme de recherches mené en collaboration avec une entreprise de Suippes.

Poignée en cuivre
Poignée en cuivre © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Marne, France

Les poignées de portes, par exemple, ou les mains courantes des escaliers en cuivre, permettent d’éliminer les microbes et autres bactéries ! C'est ce que vient de prouver l'Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca), en collaboration avec l'entreprise Lebronze Alloys (ex Bronze Industriel), de Suippes dans la Marne. Ce résultat est le fruit d’un programme de recherches qui a duré trois ans.   

Collaboration université-entreprise 

C'est d'ailleurs Lebronze Alloys qui a sollicité la faculté de pharmacie et son laboratoire « bio matériaux et inflammation en site osseux ».  L'enjeu, pour l’entreprise, est de montrer l'intérêt de ses objets en cuivre, commercialisés sous la marque Steriall. Elle produit entre autres des poignées, barres d'appui, mains courantes, ou plaques de poussée qu'on fixe sur les portes. Cette collaboration a permis de financer les recherches d'un doctorant. Cinq Ehpad de la Marne ont accepté d'y participer. La moitié de leurs poignées et autres supports ont été équipés en cuivre. Le chercheur a ensuite pu comparer en réalisant des prélèvements.   

On a entre 60% et 80% de différence de contamination entre les produits en cuivre et ceux qui sont fabriqués en matériaux habituels  -  Alexis Pofilet, ingénieur responsable du développement de la marque Steriall   

Le matériel en cuivre élimine bien les bactéries, par contact avec elles, y compris celles qui sont résistantes aux antibiotiques, comme les staphylocoques. « Dans certains cas, les alliages sont même plus efficaces que l’eau de javel », dit Alexis Pofilet, ingénieur responsable du développement de la marque SteriAll. Pour l’entreprise, le débouché est évidemment intéressant. Si le cuivre est cher- une centaine d’euros pour une paire de poignées- il permet de réaliser des économies en frais de santé dans les lieux accueillant du public. Sur le plan tout simplement humain, son intérêt pour lutter contre les maladies nosocomiales dans les hôpitaux, notamment, ou les maisons de retraite, semble évident.  

A Bezannes, école, centre social et mairie sont équipés en cuivre. Même chose pour la nouvelle école de Bazancourt ou encore le collège de Sermaize-les-Bains.