Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'utilisation du gaz hilarant en augmentation dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

Interdire la vente de protoxyde d'azote à des mineurs. C'est l'objectif de la proposition de loi qui est déposé aujourd'hui à l'assemblée nationale . Depuis quelques mois ce phénomène d'inhalation de gaz hilarant est en augmentation dans l'Yonne. Et c'est une pratique à risques.

Une cartouche de protoxyde d'azote, le gaz hilarant. On en retrouve régulièrement dans les chambres et sur la pelouse d'un hôtel situé près d'Auxerre
Une cartouche de protoxyde d'azote, le gaz hilarant. On en retrouve régulièrement dans les chambres et sur la pelouse d'un hôtel situé près d'Auxerre - Bernard

Depuis la fin du premier confinement ,  l'inhalation de gaz hilarant avec des cartouches de protoxyde d'azote est en augmentation en France et dans l'Yonne.  Il touche particulièrement les jeunes, et notamment les mineurs.   Le protoxyde d'azote est en vente libre sous forme de cartouches normalement destinées aux siphons de chantilly.  Son usage détourné consiste à inhaler le gaz  pour ces effets euphorisants à l'aide d’un ballon de baudruche. 

"J'ai retrouvé des cartouches de protoxyde d'azote sur la pelouse de l'hôtel " - Bernard

Bernard s'occupe de l'entretien d'un hôtel situé près d'Auxerre. Depuis plusieurs mois, il retrouve régulièrement des cartouches de ce type dans les chambres. "Quasiment chaque weekend. Dernièrement des jeunes de la région parisienne ont pris plusieurs chambres, vraisemblablement pour faire la fête.  J'ai retrouvé des cartouches jetées sur la pelouse de l'hôtel."

L'usage détourné du protoxyde d'azote consiste à inhaler le gaz  pour ces effets euphorisants à l'aide d’un ballon de baudruche.
L'usage détourné du protoxyde d'azote consiste à inhaler le gaz pour ces effets euphorisants à l'aide d’un ballon de baudruche. © Maxppp - .

La mairie de Sens travaille également sur un programme de prévention selon Stéphane Baghuelou chef de service à l'association addiction France dans l'Yonne. Car ce phénomène est plus visible dans la ville depuis l'été dernier. "Il y a plein de cartouches qui ont été récupérées dans les caniveaux. D'où ces campagnes de prévention qui vont être mises en place."

Car l'inhalation de gaz hilarant n'est pas sans risques pour la santé, bien au contraire. "Les risques immédiats sont les brûlures, créées  par le froid du gaz. Des pertes de connaissance et des risques de chutes. Des troubles de la vigilance et des vertiges. "Et en cas d'utilisation régulière, on constate en plus des troubles de l'humeur. "De la mémoire aussi et tout ce qui est risque cardio-vasculaire."

"Les risques, des brûlures, pertes de connaissance, vertiges et chutes" - Stéphane Baghuelou

Stéphane Baghuelou, chef de service dans l'Yonne de l'association addiction France

En attendant davantage de campagnes de prévention,  il y a toujours la possibilité de donner des conseils aux jeunes utilisateurs de ces cartouches de protoxyde d'azote, afin de prévenir les risques. "Il faut absolument éviter de consommer seul. D'éviter aussi de consommer en position debout et de ne pas conduire sous l'emprise de ce gaz. Et s'en tenir à une consommation très ponctuelle."

Une proposition de loi pour interdire la vente de gaz hilarant aux mineurs

Seule la prévention en amont, dans les écoles, les associations ou les clubs sportifs pourraient permettre de sensibiliser les jeunes aux dangers du gaz hilarant, et d'éviter qu'ils utilisent ces capsules de protoxyde d'azote. Le texte sur la proposition de loi visant à interdire  la vente de protoxyde d'azote à des mineurs a été adopté à l’unanimité au Sénat en décembre 2019. Son examen par les députés a lieu ce jeudi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess