Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Coronavirus : la campagne de vaccination commence finalement ce mercredi à Nice

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

La campagne de vaccination contre la Covid-19 commence avec cinq jours d'avance à Nice. C'était une demande du maire Christian Estrosi face à la flambée des cas de contaminations. 4.875 doses ont été livrées. Cinq patients de l'Ehpad du CHU de Nice ont déjà été vaccinés ce mercredi.

Pierre-Claude, résident de l'Ehpad du CHU de Nice, est le premier Azuréen vacciné contre le coronavirus. La campagne de vaccination a commencé de manière anticipée à Nice.
Pierre-Claude, résident de l'Ehpad du CHU de Nice, est le premier Azuréen vacciné contre le coronavirus. La campagne de vaccination a commencé de manière anticipée à Nice. © Maxppp - Dylan Meiffret

La campagne de vaccination contre la Covid-19 commence finalement ce mercredi 30 décembre à Nice, au lieu du 4 janvier. Le maire de ville Christian Estrosi s'en félicite : "Lundi, un conseil de santé local, de Nice, a lancé un appel au ministre de la Santé pour que la campagne de vaccination commence dès cette semaine et nous avons été entendus." 

"Dans la lutte contre la pandémie, le vaccin est une mesure barrière de plus, pas à la place des autres. J'insiste : une mesure barrière de plus et très puissante."

4.875 doses ont été livrées dans la nuit de mardi à mercredi. "C'est un moment historique dans notre pays. Dans la lutte contre la pandémie,  le vaccin  est une mesure barrière de plus, pas la place des autres, j'insiste une mesure barrière de plus et très puissante". Le professeur Olivier Guérin, chef du pôle gériatrie au CHU de Nice et président de la société française de gériatrie et de gérontologie met également en garde : "Même vacciné, les gestes barrières doivent être appliqués tant que nous n'avons pas les certitudes complètes sur le fait que la vaccination va aussi diminuer la transmission du virus. Les vaccins que nous avons à disposition permettent de protéger de manière très forte des complications graves de l'infection par Covid-19. Il nous reste à prouver dans les semaines qui viennent, et j'y crois, la diminution des contaminations grâce à la vaccination." 

« Il faut que tout le monde comprenne l’importance de cette mesure barrière de plus », insiste le professeur Olivier Guérin, chef du service gériatrie du CHU de Nice

Cinq résidents vaccinés ce mercredi 

Pierre-Claude a été averti mardi soir. En tant que premier vacciné niçois et azuréen, il n'a pas échappé aux applaudissements. Ce résident de l'Ehpad du CHU de Nice, âgé de 82 ans, a reçu son injection sous l’œil des caméras et sous les flashes des photographes. Il n'a pas hésité à donner son consentement : "Mon meilleur ami ici est mort en avril du coronavirus alors j'ai pensé tout de suite que s'il y avait un vaccin, je me ferais vacciner". 

Quatre autres résidents ont été vaccinés ce mercredi. En réalité avec quatre jours d'avance sur le calendrier. C'est avant tout symbolique, admet Remi Collomp, chef du pôle pharmacie au CHU de Nice. "Vacciner cinq patients aujourd'hui au lieu de mardi, ça ne va pas changer grand chose mais l'intérêt, c'est d'avoir les vaccins pour être opérationnels dès la semaine prochaine, gagner du temps, puisque l'idée c'est d'alimenter l'ensemble des Alpes-Maritimes ensuite." 

Le professeur Olivier Guérin voudrait accélérer et élargir la campagne vaccinale dès le mois de janvier, "notamment à nos aînés qui vivent en ville et pas seulement ceux qui vivent dans nos Ehpad. Nous devons aussi les protéger. Je pense qu'il faut aller le plus vite possible avec tous les volontaires dès qu'ils le souhaitent". La première vague de vaccination est ouverte aux résidents des EHPAD, aux patients des unités de soins de longue durée et les soignants qui s'en occupent et qui ont des facteurs de risque.

Quelque 10.000 Niçois, non-résidents d'Ehpad, souhaitent se faire vacciner contre le coronavirus. Ils se sont pré-incrits sur la plateforme mise en place par la municipalité.

Début de la vaccination à Antibes ce jeudi

Le maire d'Antibes Jean Leonetti s'agace lorsqu'on évoque une campagne de vaccination à Nice. "La campagne de vaccination commence dans les Alpes-Maritimes". En effet, les 4.875 doses seront réparties dans le département mais c'est insuffisant pour l'élu. Selon lui, il en faudrait dix fois plus. Des résidents de l'EHPAD Les balcons de la Fontonne à Antibes vont être vaccinés ce jeudi 31 décembre

Il considère que la campagne de vaccination ne vas pas assez vite en France. "Je pense que c'est un problème de logistique. Nous avons à peu près le même nombre de vaccins de nos voisins mais il y a 60.000 vaccinés en Allemagne contre une centaine en France dont cinq injections à Nice ce mercredi. C'est très insuffisant. Nous n'avons pas anticipé cette vaccination de masse. Pourquoi avons nous toujours quinze jours, trois semaines de retard ? C'est dommage parce la France est un grand pays sur le plan de la santé, et on a toujours l'impression qu'on est à la traîne. La vaccination pour qu'elle soit efficace il faut qu'elle soit massive, quelque soit le vaccin. Sinon ça a un effet de communication politique mais pas un effet sanitaire".

Jean Leonetti prêt à se faire vacciner pour montrer qu'il n'a pas peur

200 maires de tous bords politique signent un manifeste publié par Le Figaro, dans lequel ils s’engagent à se faire vacciner contre la Covid "au plus vite pour convaincre les Français d’en faire autant". "Dans nos marchés de centre-ville ces jours derniers encore, 6 administrés sur 10 nous posent la même question: Et vous, allez-vous vous faire vacciner?", écrivent ces élus. 

Alors moi qui suis médecin et maire je leur dis que je suis volontaire, pour montrer que je n'ai pas peur de me faire vacciner quand viendra mon tour. On ne veut pas non plus montrer que l'élu est privilégié en se faisant vacciner avant les autres

Jean Leonetti, l'édile d'Antibes (Alpes-Maritimes) est l'un des signataires. Il veut rétablir la confiance entre les citoyens et la classe politique. "Le gouvernement a perdu sa crédibilité à force d'injonctions contradictoires. Le maire est encore l'élu en qui les citoyens ont le plus confiance. Alors moi qui suis médecin et maire je leur dis que je suis volontaire, pour montrer que je n'ai pas peur de me faire vacciner quand viendra mon tour. On ne veut pas non plus montrer que l'élu est privilégié en se faisant vacciner avant les autres".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess