Santé – Sciences

La CFDT veut plus d'embauches dans les EHPAD de Drôme et d'Ardèche

Par Valéry Lombardo, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 22 septembre 2015 à 19:49

La vingtaine de syndicalistes CFDT ont manifesté devant la préfecture.
La vingtaine de syndicalistes CFDT ont manifesté devant la préfecture. © Radio France - William Borel

Une vingtaine de syndicalistes CFDT ont manifesté devant la préfecture de l'Ardèche, cet après-midi, à Privas. Ils s'inquiètent de la situation dans les EHPAD avec des personnels sous pression et débordés face au nombre de résidents. Ils demandent au préfet des embauches.

"Parfois on craque, il m'est arrivé de pleurer au travail." Cathy est agent de service hospitalier dans un EHPAD de l'Ardèche. Chaque jour elle se retrouve à devoir gérer seule entre 10 et 15 résidents. "Les pauses déjeuner sont expédiées, parfois même pas le temps d'aller faire pipi", raconte-t-elle.

Le témoignage de Cathy, agent de service hospitalier dans un EHPAD de l'Ardèche

Et son cas n'est pas isolé, pour toutes ses collègues c'est la même chose. Pas le temps de passer plus de quelques minutes avec chaque patient. Au total en Drôme et en Ardèche, il y aurait 2000 résidents pour 1250 agents. Sauf que ce chiffre comprend tous les salariés des EHPAD, de la direction au personnel d'entretien.

"Il faut à tout prix des embauches"

Mireille Germain est aide-soignante et la secrétaire section EHPAD de la CFDT Drôme Ardèche, elle estime que les personnels sont aujourd'hui à la limite du burnout. Elle a rencontré le préfet et lui a exposé la situation. "Nous avons été écoutés", dit-elle. Pas promesses donc pour l'instant. "Mais il faut à tout prix des embauches, et du personnel qualifié, formé", ajoute-t-elle.

Car aujourd'hui une partie des agents recrutés dans les EHPAD ne sont pas formés. "Ils apprennent sur le tas, avec les risques que cela comporte, des résidents mal soignés, maltraités par accident", explique Mireille Germain. Mais pourquoi? "Pour faire des économies, tout simplement".