Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La chercheuse drômoise Céline Pagis récompensée pour ses travaux scientifiques

mardi 9 octobre 2018 à 15:13 Par Adrien Serrière, France Bleu Drôme Ardèche

Céline Pagis, 26 ans, est lauréate de la bourse L'Oréal-Unesco qui récompense chaque année 30 chercheuses. L'objectif est de mettre en lumière leur travail dans un milieu largement masculin. Seulement 28 % des chercheurs sont des femmes.

Céline Pagis réalise des recherches sur les zéolithes, des matériaux qui pourraient permettre d'améliorer la conservation des aliments et donc réduire le gaspillage.
Céline Pagis réalise des recherches sur les zéolithes, des matériaux qui pourraient permettre d'améliorer la conservation des aliments et donc réduire le gaspillage. - Fondation L'Oréal / Carl Diner

Chabeuil, France

Elles sont 30 lauréates. Et parmi elles, Céline Pagis. Originaire de Chabeuil, cette chercheuse de 26 ans est plébiscitée pour ses travaux sur les zéolithes, des nanomatériaux qui pourraient permettre de mieux conserver les aliments et donc lutter contre le gaspillage. La récompense pour elle : une bourse de 15 000 euros pour continuer ses recherches et lui permettre de rencontrer de grands chercheurs qui s'intéressent à sa problématique. 

La recherche un milieu encore très masculin

Seulement 28 % des postes de chercheurs sont aujourd'hui occupés par des femmes. Pire, si on regarde les postes à responsabilités, la proportion de femmes n'est plus que de 10 %. C'est pour lutter contre ces inégalités que L'Oréal et l'UNESCO décernent chaque année leurs Prix pour les Femmes et la Science. «Il faut peut-être passer par là pour faire changer les mentalités», commente Céline Pagis. 

La chercheuse remarque que «les jeunes femmes ne se retrouvent pas forcément dans l'image que la société véhicule des chercheurs, dans leur laboratoire avec leur blouse». De plus, les longues études peuvent être dissuasives : «C'est vrai qu'un Bac+8 c'est long. Les filles ont peut-être aussi moins confiance en elles», ajoute la jeune lauréate qui va utiliser une partie de sa bourse pour faire de la médiation auprès des plus jeunes : «Je veux dire aux jeunes filles 'regardez où j'en suis aujourd'hui, n'ayez pas peur, osez !'»

Baignée dans la science dès l'enfance 

Céline Pagis a, elle, trouvé sa vocation il y a bien longtemps notamment grâce à ses parents, tous deux professeurs agrégés de chimie à l'université de Valence : «Dès que je leur posais une question, ils étaient capable de répondre. Ils me challengaient en permanence», se souvient la Drômoise. Elle rêve désormais d'agir, à son échelle, pour le développement durable : «J'aimerais minimiser l'impact de l'homme sur l'environnement, apporter ma pierre à l'édifice».