Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

La Chine, premier pays à poser un engin spatial sur la face cachée de la Lune

jeudi 3 janvier 2019 à 6:58 - Mis à jour le jeudi 3 janvier 2019 à 11:42 Par Marine Laugénie, France Bleu

La Chine a réussi jeudi l'alunissage inédit d'un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale qui renforce les ambitions spatiales de Pékin. Les chercheurs se préparent à des découvertes inattendues.

La Chine vient de réussir le premier alunissage jamais réalisé d'un engin spatial sur la face cachée de la Lune.
La Chine vient de réussir le premier alunissage jamais réalisé d'un engin spatial sur la face cachée de la Lune. © AFP - STAN HONDA

Le robot Chang'e-4, qui avait quitté la Terre le 8 décembre, s'est posé sans encombre à 3h26 (heure française) ce jeudi.  Il a envoyé une photo de la surface lunaire au satellite Queqiao, en orbite autour de la Lune, a précisé la télévision publique chinoise.

Contrairement à la face de la Lune la plus proche de la Terre, qui est toujours tournée vers notre planète, aucune sonde ni aucun module d'exploration n'avait encore jamais touché le sol de l'autre côté.  La face cachée est montagneuse et accidentée, parsemée de cratères, alors que la face visible offre de nombreuses surfaces planes pour se poser.  La Chine se préparait depuis des années à cette opération particulièrement difficile du point de vue technologique.  Un des défis majeurs consiste à parvenir à communiquer avec le robot lunaire : la face cachée étant toujours orientée dans le sens opposé à la Terre, il n'y a pas de "ligne de mire" directe pour transmettre les signaux, sauf à installer un relais.  

Une mission historique 

L'engin doit notamment mener des études portant sur les basses fréquences radio, les ressources en minéraux et la culture des tomates et d'autres plantes.  C'est la deuxième fois que la Chine envoie un engin explorer la surface lunaire après le petit robot motorisé Yutu ("Lapin de jade") en 2013, qui est resté actif pendant 31 mois. Pékin prévoit déjà de lancer l'an prochain un Chang'e-5 pour recueillir des échantillons et les ramener sur Terre. 

La Chine investit des milliards dans son programme spatial, piloté par l'armée. Pékin prévoit déjà de lancer l'an prochain un autre robot pour recueillir des échantillons et les ramener sur Terre.

  - Visactu
© Visactu -