Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO- La clinique Kenval Kennedy innove avec la technique Koelis Trinity pour mieux dépister le cancer de la prostate

-
Par , France Bleu Gard Lozère

La clinique Kenval Kennedy est la première du Gard à acquérir un cartographe Koelis Trinity pour mieux dépister le cancer de la prostate. Cette technologie permet, en une seule biopsie, de réaliser tous les prélèvements dans les lésions suspectes.

La clinique Kenval Kennedy a acquis cette machine pour 160 000 euros.
La clinique Kenval Kennedy a acquis cette machine pour 160 000 euros. © Radio France - Marianne Naquet

Nîmes, France

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez les hommes. 1 adulte sur 7 est touché. Il est dur à détecter chez le malade car il ne présente pas de symptômes. Pris à temps, le taux de survie est de 100%. Mais il faut être dépisté suffisamment tôt et cette maladie est trop souvent mal diagnostiquée ou trop tardivement.

Une technologie de pointe

Pour y remédier, la polyclinique Kenval Kennedy de Nîmes utilise depuis un mois une nouvelle technologie pour opérer les patients. Pour diagnostiquer le cancer de la prostate, il faut prélever un bout de tissu avec un échographe. La nouvelle méthode consiste à se servir de deux images, celle d'une IRM et d'une échographie, elles sont superposées l'une sur l'autre. "On a défini deux cibles et chaque cible est biopsiée de manière rentable pour être sûr de ne pas être passé à côté de la zone suspecte", explique un chirurgien urologue de la clinique. Selon leur étude, une amélioration du diagnostic de 13% a été démontrée. 

Reportage à la clinique Kenval Kennedy juste après une opération

Améliorer la santé des patients 

L'objectif de cette technologie est d'améliorer la santé des patients, éviter un trop grand nombre de biopsies et surtout avoir un diagnostic plus précis de la présence ou non du cancer. Pour le patient, l'examen dure vingt minutes, il est placé sous anesthésie générale. Au bout de deux heures, il peut rentrer chez lui. Il reçoit ses résultats quelques jours après. 

La prévention avant tout 

Dès cinquante ans, il faut aller voir son médecin généraliste, faire un dosage du PSA (Antigène Spécifique de la Prostate) et faire un toucher rectal. Si on a une famille à risque, un frère ou un père atteint, on peut débuter le dépistage plus tôt, dès quarante ans.