Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Sens : la clinique Paul-Picquet demande à la ministre de la Santé une meilleure prise en charge de l'obésité

jeudi 14 juin 2018 à 19:45 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Douze propositions pour mieux prendre en charge l'obésité ont été envoyées à Agnès Buzyn. Les soignants demandent notamment la prise en charge des soins psychologiques et diététiques actuellement payants, alors que la chirurgie est remboursée.

240 personnes sont opérées chaque année pour obésité à la clinique Paul Picquet (Sens, Yonne)
240 personnes sont opérées chaque année pour obésité à la clinique Paul Picquet (Sens, Yonne) © Maxppp - Maxppp

Pour le chirurgien sénonais Filipo Pacini, ce n'est pas normal que seule la chirurgie soit remboursée dans le traitement de l'obésité : "le chirurgien seul ne peut arriver à rien. L'obésité, c'est une maladie pluridisciplinaire. Et l'opération, c'est un parcours difficile qui demande un engagement (du patient). Un bon résultat, c'est une perte de poids stable sur cinq ans. Les gens fondent comme du beurre au début mais après ils reprennent du poids et il y a une panique sur la reprise. C'est vraiment un parcours avec des obstacles et c'est pour cela que le suivi post-opératoire est très important. Et aussi les aspects psychologiques et diététiques. Pour obtenir de meilleurs résultats, ce serait bien que tout ça soit pris en charge."

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, assure que les douze propositions seront examinées avec attention

A Sens, 240 personnes se font opérer chaque année pour leur obésité à la clinique Paul Picquet. Elles sont 50.000 en France soit presque trois fois plus qu'il y a dix ans.  Pour le chirurgien Sénonais Roberto Arienzo, la chirurgie reste la meilleure solution à l'obésité, à condition d'accepter un suivi de long terme.

"D'après une étude suisse, le taux de réussite est de 75% à 80% au bout de dix ans" - Roberto Arienzo, chirurgien bariatrique à Sens

Le centre médico-chirurgical de Sens a contribué à créer en 2017 la première Maison de l'obésité, située dans la Nièvre. A l'automne, une plate-forme de télémédecine devrait voir le jour à Sens, pour améliorer le suivi à distance des patients.