Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La consommation des antibiotiques repart à la hausse depuis 2009

lundi 27 novembre 2017 à 5:00 Par Margot Delpierre, France Bleu Poitou

La France est le quatrième pays européen qui consomme le plus d'antibiotiques. Malgré le spot télé très populaire du début des années 2000, il semblerait que les antibiotiques redeviennent automatiques.

Les antibiotiques, c'est pas automatique. (illustration)
Les antibiotiques, c'est pas automatique. (illustration) © Radio France - Margot Delpierre

Poitiers, France

Il y a quinze ans, un slogan entrait dans la tête de tous les Français : "les antibiotiques, c'est pas automatique", martelé dans des spots TV. Le but : inciter les téléspectateurs à moins recourir aux antibiotiques, efficaces contre les infections bactériennes mais inutiles contre les virus. Et cela a fonctionné. Sauf que les Français reprennent depuis 2009 leur mauvaise habitude. La consommation a tendance à repartir à la hausse.

En France, la consommation est environ 30% supérieure à la moyenne européenne. Bien qu'elle soit moins élevée en ex-Poitou-Charentes que la moyenne nationale, l'Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine souhaite profiter de la saison des rhumes et autres angines pour rappeler les risques liés à cette surconsommation. "A chaque fois qu'on a un pic d'épidémie virale, on a un pic de consommation d'antibiotiques", explique France Roblot, chef du service Médecine interne et maladies infectieuses au CHU de Poitiers.

L'antibiorésistance, le nouveau mal

Les antibiotiques "sont les seuls médicaments au monde qui s'adressent à un organisme vivant" , rappelle le professeur France Roblot. Chaque fois qu'on met les bactéries de notre corps en contact avec des antibiotiques, elles s'adaptent et deviennent résistantes. Face à des bactéries toujours plus résistantes, il faut répliquer avec des antibiotiques encore plus efficaces. Dans certains cas particuliers, les patients se retrouvent dans ce qu'on appelle "une impasse thérapeutique".

Pourtant les bactéries ne sont pas toutes mauvaises, bien au contraire. Notre corps comporte 90% de bactéries. On en compte - difficilement - 1.000 milliards sur la peau et 100.000 milliards dans l'intestin.

Prescrire la patience plutôt que les antibiotiques

D'après le professeur Roblot, il faut privilégier le moindre usage des antibiotiques"dans tous les domaines : l'agroalimentaire, le vétérinaire et l'humain. Chacun peut apporter sa contribution". Pourquoi la consommation est repartie à la hausse ? Parce qu'"on ne sait pas comment communiquer sur le système des infections".

Il y a une alternative aux antibiotiques à prescrire pour l'ordonnance, mais ce n'est pas facile... C'est la patience" - Pr France Roblot

La patience, ou les vaccins. "Il y a un rejet des vaccins alors que les antibiotiques font plus de dégâts dans le tube digestif", déplore France Roblot. Chaque année en France, 150.000 personnes sont infectées par une bactérie résistante. 12.500 décès sont imputables à ces infections.

En attendant la prochaine campagne télévisuelle percutante, l'ARS de Nouvelle-Aquitaine a diffusé un livret de prévention à 250.000 exemplaires dans tous les collèges et lycées.