Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La contraception gratuite est désormais accessible aux mineures de moins de 15 ans

-
Par , France Bleu

Les frais liés à la contraception des jeunes filles de moins de 15 ans seront désormais pris en charge à 100% par l'Assurance maladie, selon un décret publié jeudi au Journal officiel.

Le coût de la contraception peut constituer un frein pour les jeunes filles qui en ont besoin.
Le coût de la contraception peut constituer un frein pour les jeunes filles qui en ont besoin. © Maxppp - Richard BRUNEL

L'idée est d'éviter les grossesses non désirées chez les très jeunes filles. Déjà gratuite pour les jeunes filles de 15 à 17 ans, la contraception est désormais intégralement prise en charge pour les jeunes filles de moins de 15 ans. La mesure, qui figurait dans l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, est parue au Journal officiel ce jeudi et entre en vigueur vendredi.

Gratuité et confidentialité 

Les mineures de moins de 15 ans n'auront désormais plus à s'acquitter du "ticket modérateur" pour les consultations de médecins ou sages-femmes, les examens biologiques, les médicaments et les dispositifs contraceptifs. Cette gratuité était déjà accordée depuis 2013 à leurs aînées de 15 à 17 ans, dont le taux de recours à l'IVG (interruption volontaire de grossesse) a nettement baissé depuis, passant de 9,5 à 6 pour 1.000 entre 2012 et 2018.

Le gouvernement estimait anormal que les jeunes filles de moins de 15 ans doivent "supporter financièrement" le coût des contraceptifs, des consultations médicales et des éventuels examens biologiques, "ce qui peut constituer un frein pour des publics souvent en situation de fragilité". Un coût qui se traduit par un recours fréquent à la contraception d'urgence, c'est-à-dire la pilule du lendemain, voire à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Le gouvernement avait indiqué fin 2019 que "chaque année, près de 1.000 jeunes filles de 12 à 14 ans sont enceintes en France" et que "parmi ces grossesses, 770 se concluent par une IVG".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess