Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La crise sanitaire freine le dépistage du cancer du sein à Amiens

-
Par , France Bleu Picardie

Au CHU d'Amiens, le nombre d'examens réalisés dans le cadre d'octobre rose a baissé de 14% cette année par rapport à l'année dernière. Bilan dressé par Floriane L'Hostis, radiologue au CHU d'Amiens.

Une jeune amiénoise de 40 ans participe à son premier dépistage du cancer du sein à la clinique Pauchet d'Amiens
Une jeune amiénoise de 40 ans participe à son premier dépistage du cancer du sein à la clinique Pauchet d'Amiens © Radio France - Elodie Touchais

L'épidémie a freiné les femmes à se faire dépister du cancer du sein pour octobre rose. Floriane L'Hostis, radiologue au CHU d'Amiens précise qu'au niveau national la baisse des mammographies de dépistage est de 22%. Et de 14% au CHU d'Amiens par rapport à l'année dernière

Il y a deux types d'appréhension chez les femmes face à ce dépistage: la peur du diagnostique et la peur de la douleur. 

"Il faut savoir que pour 1.000 mammographies réalisées on va détecter 7 cancers du sein. Ce qui veut dire qu'on va les prendre en charge. Un cancer du sein pris en charge tôt, c'est 9 chances sur 10 de guérison. Le but du dépistage c'est de sauver des vies. "

La compression est nécessaire pour avoir des images de qualité et les appareils sont étudiés pour que la sensation de compression soit la moins douloureuse possible. Au CHU d'Amiens nous avons une nouvelle machine il y a presque 1 an. Les patientes notent une nette amélioration.  

"Un examen pas agréable mais pas douloureux."

"Il y a deux semaines, une patiente de 64 ans est venue se faire dépister pour la première fois parce qu’elle avait peur de la douleur. Elle nous a dit que c'était supportable et qu'elle aurait dû le faire dès 50 ans."

"On le rappelle on peut commencer les mammographies avant 50 ans si il y a des antécédents dans la famille. En cas de masse sentie au niveau du sein, de rétraction du mamelon ou tout écoulement de sang. Il faut consulter très vite." précise Floriane L'Hostis. 

Floriane l'Hostis, médecin radiologue au CHU d'Amiens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess