Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La cup : une alternative aux tampons qui séduit de plus en plus les Côte-d'Oriennes

-
Par , France Bleu Bourgogne
Côte-d'Or, France

Les tampons hygiéniques sont pointés du doigt ces temps-ci. Les fabricants ne veulent pas dévoiler leur composition alors que les femmes en utilisent plusieurs milliers au cours d'une vie. Résultat, elles se tournent de plus en plus vers la coupe menstruelle, y compris en Côte-d'Or.

La coupe menstruelle est en vente dans la plupart des pharmacies
La coupe menstruelle est en vente dans la plupart des pharmacies © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Un documentaire diffusé sur France 5 mardi soir a relancé les craintes de certaines femmes au sujet des tampons hygiéniques. " Tampon : notre ennemi intime " montre que les fabricants refusent de dévoiler la composition des tampons. Or les femmes peuvent en utiliser jusqu'à 11.000 dans leur vie. Et ce documentaire explique qu'il y a des dizaines de produits chimiques dans chaque tampon, en plus des traces de dioxines ou de perturbateurs endocriniens. Une enquête de 60 millions de consommateurs avait montré en février dernier qu'on y retrouvait aussi des traces de pesticides.

Alors comme protection pendant leurs règles, les femmes se tournent de plus en plus vers la coupe menstruelle ou la "cup". Un objet que l'on trouvait jusqu'alors sur internet ou en magasin bio, et qui se retrouve aujourd'hui sur les présentoirs des pharmacies.

Cécile, qui travaille à la pharmacie des Godrans à Dijon confirme : " personnellement, il y a un an, je n'en n'avais jamais entendu parler. Et en ce moment, on a de plus en plus de clientes qui viennent en acheter, c'est un vrai engouement chez les jeunes mais pas seulement. C'est le bouche-à-oreilles qui fonctionne. "

La cup, qu'est ce que c'est ?

Il y en a de toutes les formes, de toutes les couleurs, de toutes les marques et de toutes les tailles. Mais le principe reste le même : c'est un réservoir en silicone médical qu'on insère dans le vagin. On peut le garder pendant 12 heures consécutives maximum.

Quand on la met pour la première fois, il faut trouver le coup de main. La plier un peu sur elle-même, et elle se déploie ensuite à l'intérieur. Dans la journée on la vide, on la rince à l'eau claire, et on la remet. " Il faut trouver la technique, explique Justine qui l'utilise depuis quelques mois, mais moi je la porte la journée, la nuit, je peux courir avec, je n'ai pas de fuites, pas de problèmes, c'est quand même très bien pensé. "

Il faut aussi stériliser la cup entre chaque cycle, et pour cela un passage dans l'eau bouillante suffit.

Économique et écologique

Selon les marques, la cup s'utilise pendant plusieurs années. Pas besoin d'en avoir tout un stock, " j'en ai une seule, explique Justine, et ça suffit, puisqu'on la lave à chaque fois avant de la remettre en place." C'est donc une solution économique puisqu'on en achète une seule pour plusieurs années, et écologique par rapport aux protections jetables.

Attention toutefois, la coupe menstruelle ne protège pas contre les risques de chocs toxiques, d'où l'importance de bien respecter les règles de nettoyage et d'hygiène.

  • Femmes
Choix de la station

À venir dansDanssecondess