Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La France va augmenter sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La France va augmenter de 15% sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a annoncé Emmanuel Macron ce jeudi, dans le cadre la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies infectieuses.

Emmanuel Macron lors de son allocution à la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies infectieuses.
Emmanuel Macron lors de son allocution à la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies infectieuses. © AFP - Ludovic Marin

"La France sera au rendez-vous avec une augmentation de 15%" de sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, a annoncé Emmanuel Macron ce jeudi. Une annonce effectuée à Lyon, où 700 participants sont rassemblés depuis mercredi à l'occasion de la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies infectieuses.

Une contribution de plus d'un milliard

La contribution actuelle de la France s'élève à 1,08 milliard de dollars en trois ans. Elle devrait donc augmenter de 162 millions d'euros, soit 177,8 millions de dollars au taux de change actuel. De quoi décevoir les ONG. Un collectif de 12 organisations de la société civile, dont Aides, Oxfam, Solidarité sida ou Sidaction, avait en effet réclamé une hausse "d'au moins 25%" pour la France, soit 270 millions.

L'objectif affiché de la conférence, rassembler 14 milliards de dollars pour les trois ans à venir, a tout de même été atteint a annoncéEmmanuel Macron en fin d'après-midi. Pour atteindre cette somme, contre 12,2 milliards de dollars lors de la dernière conférence, un effort sensible était demandé aux pays les plus riches. Après les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou le Canada, la France, historiquement le deuxième contributeur, a donc annoncé par la voix d'Emmanuel Macron une hausse de 15% de sa contribution.

Lors de son allocution, le chef de l'État avait également sollicité à la tribune le Japon, la Norvège et l'Australie, ainsi que les Emirats Arabes Unis, le Qatar et l'Arabie Saoudite, qu'il a appelés à se "réconcilier" diplomatiquement autour d'un effort financier commun en faveur du Fonds mondial.

Ces trois derniers pays ainsi que l'Irlande, la Nouvelle-Zélande, l'Australie, le Luxembourg, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont augmenté leur contribution. Le Fonds, créé en 2002, a également enregistré l'arrivée de nouveaux contributeurs, surtout africains : dans l'ensemble, les pays d'Afrique ont apporté "deux fois plus" que la dernière fois a souligné le chef de l'État, en regrettant au contraire l'absence d'effort significatif du Japon.

L'objectif du Fonds mondial est d'éradiquer le sida, la tuberculose et le paludisme à l'horizon 2030

Choix de la station

France Bleu