Santé – Sciences

Alzheimer : à Belfort, les aidants peuvent faire halte tous les jeudis

Par Yassine Khelfa M'Sabah, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu mardi 5 janvier 2016 à 6:00 Mis à jour le mardi 5 janvier 2016 à 11:02

Bénévoles et malades déjeunent ensemble à la Halte Répit
Bénévoles et malades déjeunent ensemble à la Halte Répit © Radio France - Yassine Khelfa

Tous les jeudis de 14 à 17h le CCAS de Belfort et l'association France Alzheimer propose aux aidants et aux aidés un moment d'échange de partage dans un nouveau lieu : la Halte Répit.

Au rez-de-chaussée de la tour Béchaud dans le quartier populaire de la Pépinière à Belfort, la Halte Répit accueille chaque jeudi les aidants et leur proche malade. Ici ils sont tous atteints de la maladie d'Alzheimer. C'est un appartement habituellement utilisé par le CCAS avec coin salon, cuisine et même une terrasse, un lieu de vie où tout est fait pour qu'ils se sentent bien. 

À l'origine du projet deux personnes : Michel Couanon de France Alzheimer et Marie Bringaud du CCAS de Belfort. Ils se sont rencontrés à un club de gym. Pour Michel dont la femme est atteinte de la maladie d'Alzheimer, il s'agit de montrer aux aidants qu'ils ne sont pas isolés. Il connait leur quotidien car lui même a vécu la maladie de sa femme, seul car ses amis et sa famille l'ont "un peu laissé tomber". À la Halte Répit, les aidants rencontrent d'autres aidants. Les aidés sont pris en charge par des bénévoles. Au programme : chant, coloriage, peinture au tricot, des promenades, des jeux. Tout est fait pour que les malades ne se sentent pas stigmatisés et que les aidants puissent échanger sur leur quotidien avec d'autres.

Les aidants peuvent souffler

Le lieu peut aussi permettre à ces aidants de laisser leur proche entre les mains des bénévoles pour s'accorder un peu de temps. Aller chez le coiffeur, faire des courses etc. Autant d'activités de la vie courante souvent impossible pour les aidants comme Bernadette, 68 ans.

Quand je suis à la caisse, mon mari qui est atteint de la maladie d'Alzheimer enlève les produits du tapis roulant et je dois faire attention à ne pas trop le brusquer dans mes paroles parce qu'il est très susceptible. Comment voulez-vous expliquer à la caissière ou aux clients l'attitude de votre proche, on ne peut pas simplement dire : "il est malade" — Nelly, aidante

Nelly est une habituée de la Halte Répit. Depuis l'ouverture en octobre, elle ne loupe aucun rendez-vous. En 2010, on a décelé la maladie d'Alzheimer chez son mari : un choc pour cette retraitée de Cravanche. D'autant que depuis un an, elle doit supporter les colères de son époux qui devient parfois très agressif.

Le quotidien de Nelly, 68 ans, aidante

Aidants et aidés se retrouvent en compagnie des bénévoles tous les jeudis  - Radio France
Aidants et aidés se retrouvent en compagnie des bénévoles tous les jeudis © Radio France - Yassine Khelfa

Un moment d'échange et de partage

Ce qui est positif pour elle dans ce lieu c'est "d'avoir les mêmes personnes qui ont les mêmes problèmes en face de vous, avoir une équipe de bénévoles formidable qui connaissent bien cette maladie, qui vous épaulent." D'ailleurs ces moments d'échanges sont précieux pour certains comme Bernardette, retraitée de l'Éducation nationale. Comme Nelly, elle s'occupe de son mari malade. Mais malheureusement cette maladie a privé son époux de la parole. C'est pourquoi au sein de la Halte Répit, elle se sent "revivre".

Le fait de rencontrer des gens qui deviennent presque des amis au fil des semaines m'a permis de revivre un petit peu. S'échapper un petit peu de ce quotidien fait vraiment du bien. — Bernadette, aidante

Comme Bernardette, 4 millions de personnes accompagnant quotidiennement un proche malade ou en situation de handicap.

Infos pratiques

La Halte-Répit est ouverte tous les jeudis de 14h à 17h.

Tour Béchaud, 2 rue Joliot Curie dans le Quartier de Pépinière.

2 € par couple.

Partager sur :