Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

12 mai : la journée internationale des infirmières

-
Par , France Bleu

Profession majoritairement féminine, elles sont en première ligne lors des crises sanitaires. Profitons de ce 12 mai pour rendre hommage aux infirmières et aux infirmiers.

Depuis 1965, le 12 mai est la Journée internationale des infirmières. D'ailleurs, France Bleu consacre une journée spéciale à nos soignantes et soignants. Cette date qui célèbre les infirmières et les infirmiers n'est pas choisie au hasard. C'est une référence à la date d'anniversaire de Florence Nightingale,  pionnière britannique des soins infirmiers.

Les pionnières

Le XIXème siècle est une époque de forte évolution dans les pratiques médicales. Les travaux de Louis Pasteur, entre autres, dévoilent au monde l'existence des microbes, des virus et autres organismes microscopiques. Les usages médicaux évoluent. Dorénavant, il faudra nettoyer les instruments entre deux opérations ou bien se laver les mains entre deux patients. 

Les médecins confient aux soignantes des nouvelles tâches, plus techniques. Ces gardes-malades étaient depuis le Vème siècle des religieuses bénévoles sans réelle formation. Elles étaient jusqu'alors cantonnées aux soins secondaires. 

Florence Nightingale

Issue de la haute société, la Britannique Florence Nightingale souhaite améliorer la prise en charge des malades. Elle devient dès 1844 une militante de l'amélioration des soins dans les infirmeries. Durant la Guerre de Crimée, elle se porte volontaire pour diriger une délégation de soignantes qui rejoindra les zones de combats pour prendre en charge les blessés.

À leur arrivée, elles réorganisent la gestions des patients, imposent des règles élémentaires d'hygiène et ordonne le nettoyage des égouts et ventilations du camp. Le taux de mortalité des blessés diminue alors rapidement. Leurs méthodes vont devenir la nouvelle norme.

Valérie de Gasparin

En Suisse, Valérie de Gasparin s'inquiète de mainmise de la religion sur les soins. Les soignantes sont des religieuses et leurs responsabilités individuelles disparaissent au profit d'une volonté divine. Elles ne sont d'ailleurs toujours pas payées et doivent faire vœux de célibat. En 1859, Valérie de Gasparin crée la première école laïque de garde-malades. Elles y reçoivent une formation aux gestes de soins mais aussi une formation médicale plus technique. Ces infirmières revendiquent enfin une rémunération pour leurs actions.

La professionnalisation

A la fin du XIXème siècle, sous l'influence des actions de Valérie de Gasparin et de Florence Nightingale, la profession d'infirmières se structure et s'organise. Mieux, elle s'ouvre à la mixité et les hommes peuvent embrasser cette carrière. Cet élan est pourtant très vite freiné quand les hommes sont mobilisés lors de la Première Guerre Mondiale. Encore aujourd'hui, la profession reste majoritairement féminine.

La place de l'infirmière dans la chaîne de soin est essentielle. Elle prodigue des soins sous la forme de gestes médicaux et prend soin de son patient en lui assurant écoute et bienveillance. Mêlant technique et empathie, les infirmières et les infirmiers sont en première ligne face aux crises sanitaires et aux épidémies. 

Merci !
Merci ! © Getty
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu