Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Kemper'ose 2020 : toutes à distance contre le cancer du sein

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Crise sanitaire oblige, la deuxième édition de la Kemper'ose s'est tenue virtuellement. L'année dernière, 1.500 personnes avaient couru ensemble dans le centre ville de Quimper. En 2020, les participantes courent leurs 6 km autour de chez elles.

Lauriane (au centre) et ses cinq coureuses ont parcouru 6 kilomètres dans le bois de Keradennec.
Lauriane (au centre) et ses cinq coureuses ont parcouru 6 kilomètres dans le bois de Keradennec. © Radio France - Sarah Calamand

Toutes avec un t-shirt rose, les participantes de la Kemper'ose 2020 ont couru dimanche 4 octobre, pour lutter contre le cancer du sein. Une deuxième édition particulière car virtuelle. Le départ officiel a été donné à 10h, sur la page Facebook de l'association, mais chacune était invitée à courir 6 km autour de chez elle, afin d'éviter les grands rassemblements. 

C'est ce qu'ont fait Lauriane, coach sportif, et ses coureuses, qui se sont retrouvées au bois de Keradennec, et l'ambiance ne manquait pas. "Départ de la Kemper'ose deuxième édition, trois ! Deux ! Un ! C'est parti !", ont crié les six coureuses avant d'entamer leur course. "J'ai des souvenirs extraordinaires de l'année dernière, raconte Lauriane. De la place Saint-Corentin où il y avait 1.500 personnes, c'était grandiose. On ne peut dire que c'est gâché cette année, c'est juste qu'il faut faire avec."

On a un événement moins somptueux, mais l'implication et les raisons qui nous poussent à courir sont toujours aussi fortes.

Courir dans un endroit "qu'on aime"

Dans le petit groupe, Gaëlle, ancienne malade du cancer. Elle avait aussi participé à l'édition 2019, et est particulièrement sensible à l'initiative : "L'an dernier, je sortais de traitement, j'avais suivi un entrainement dans le cadre de séances de sport adaptées. Aujourd'hui je suis contente de suivre des groupes mixtes, avec des gens en soins et d'autres qui sont là pour le plaisir de courir." 

Le plaisir de courir, où on veut. Claire voit dans le fait de choisir son parcours une symbolique intéressante : "Ça permet de faire ça dans un autre endroit, un endroit sympa, qu'on aime, pas forcément en centre-ville en suivant le parcours officiel." 

50 minutes après le départ, c'est la fin du parcours... et l'heure de la photo de groupe, qui ira sur Facebook, le seul endroit où se regroupent toutes les participantes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess