Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La mairie de Saint-Denis met à disposition son auberge municipale pour désengorger l'hôpital Delafontaine

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L’auberge municipale de Saint-Denis a été transformée cette semaine en hôpital de campagne. Elle accueille des patients en fin de traitement pour désengorger l’hôpital Delafontaine. L’objectif pour la municipalité est de soulager des soignants débordés par la deuxième vague de coronavirus.

L'auberge municipale de Saint-Denis
L'auberge municipale de Saint-Denis © Radio France - Laurine Benjebria

Le coronavirus n'a pas fini d'épuiser les médecins et infirmiers. En Ile-de-France, comme partout dans le pays, les hôpitaux font face à un nouvel afflux massif de patients, surtout en réanimation. Il faut trouver des lits dans d'autres services et donc transférer des patients ailleurs. 

A Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la mairie a décidé d'accueillir dans son auberge municipale les patients qui ne nécessitent pas de traitement lourd, et qui n'ont pas le covid. Trois patients sont arrivés ce mardi, six doivent arriver d'ici une semaine dans ce vieux manoir.

Des lits d’hôpitaux au manoir entouré d’arbres

Ce manoir, situé au cœur de la ville, reçoit habituellement des conférences et des formations. Depuis ce mardi, il fait office d'hôpital de campagne. La mairie a mis a disposition son auberge municipale pour accueillir des patients qui n'ont pas le covid et soulager ainsi des services de l'hôpital Delafontaine.

Parmi les trois patients transférés dans ce manoir entouré de verdure, Alex. Ce trentenaire a passé un mois à l'hôpital, dont deux semaines en réanimation, à cause de sa maladie des globules rouges, la drépanocytose. 

Au sein de l’hôpital, il a vu des personnels  "débordés". "Quand j’étais là-bas et que j’avais un peu de douleur, dès que j’appuyais sur la sonnette ça prenait un peu de temps pour venir me voir", explique-t-il. Il avoue qu’il n’était pas bien : "Je déprimais, j’avais peur que du jour au lendemain on me dise que j’avais attrapé le covid car il y avait trop de malades".

"Ça fait du bien au moral", Alex, un malade

Depuis son arrivée à l’auberge municipale, le moral est revenu. Il faut dire qu’ici une équipe de cinq agents municipaux est là pour s’occuper et distraire les trois patients transférés mardi. "Quelqu’un vient me voir, me demande si j’ai pris mes traitements, il y a un parc pour prendre l’air, ça fait du bien au moral", raconte-t-il soulagé.

Les patients peuvent également profiter d’un cadre "merveilleux, néogothique pour l’architecture avec quasiment un hectare arboré avec des oiseaux qui chantent le matin donc on est presque dans un cadre idyllique", décrit, sourire aux lèvres, Thierry Ververe, responsable de l’établissement.

Une équipe municipale aux petits soins des patients

Des aides-soignants viennent trois fois par jour pour effectuer les soins, aider des patients pour leur douche, l’équipe municipale. Ils travaillent en collaboration avec l’équipe municipale de l’auberge. Lors du premier confinement, les agents avaient accueilli les personnels hospitaliers venus de région pour prêter main forte aux hôpitaux franciliens. 

Alors aider pour ce nouveau confinement, c'était une évidence pour le responsable de l'auberge municipale, Thierry Vervère : "Il n’y a plus les applaudissements à 20h00, là c’est concret, ça répond très clairement à la demande du corps médical qui est en souffrance, qui manque de personnel", indique-t-il.

Soulager des soignants débordés 

L’objectif de cette mesure, c’est de "désengorger les services, on libère des lits mais aussi des ressources, des personnels", assure Katy Bontinck, première adjointe au maire de Saint-Denis, chargée de la Santé. Un projet qui a fait ses preuves en seulement quelques jours. 

Adel Cheraga est médecin responsable au service soin de suite et réadaptation de l'hôpital Delafontaine. Deux de ses patients sont partis direction l'auberge municipale ces derniers jours, ce qui a libéré des lits dans son service : "Maintenant je peux aider les autres services", explique le médecin. Il peut ainsi "récupérer d'autres patients d'autres services, soulager" ses collègues qui pourront de leur côté récupérer des lits pour des patients atteints du coronavirus. 

Six nouveaux patients doivent quitter l'hôpital pour l'auberge d'ici la semaine prochaine. A terme, la ville veut y accueillir 15 malades. Si la tension s'accentue dans les services de l'hôpital Delafontaine, la mairie envisage de transformer une grande pièce de l'auberge en chambre multi-lits, mais elle a aussi identifié d'autres bâtiments libres comme des studios dans des résidences pour personnes âgées autonomes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess