Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

La maison médicale de garde de Vitré pourrait fermer fin décembre

-
Par , France Bleu Armorique

La maison médicale de garde de Vitré (Ille-et-Vilaine) pourrait fermer ses portes à la fin de l'année. Les généralistes qui assurent les gardes sont débordés et demandent à l'agence régionale de santé d'agir. Une réunion doit avoir lieu ce lundi 9 décembre.

Le docteur Pontis s'inquiète de devoir fermer la maison médicale.
Le docteur Pontis s'inquiète de devoir fermer la maison médicale. © Radio France - Benjamin Fontaine

Vitré, France

Rien ne va plus au sein de la maison médicale de garde de Vitré (Ille-et-Vilaine). Depuis plus d'un an, les 28 médecins généralistes du pays de Vitré qui assurent les permanences en semaine dès 20h, le week-end et pendant les jours de fériés sont épuisés.

Une forte augmentation des actes réalisés

"A la création de la maison il y a 16 ans nous assurions sept actes par soirée. Depuis un an et demi nous sommes parfois à plus de vingt par garde après avoir assuré notre journée de travail. Ce n'est plus tenable," assure le généraliste Jean-Luc Pontis, président de l'association des médecins libéraux du pays de Vitré.

Ces cinq dernières années il y a eu plusieurs secousses : la fin des gardes en semaine dans les maisons médicales de Retiers, Messac et la fin des gardes de nuit des médecins de Chateaubourg. "Les patients se sont tous tournés vers nous et inévitablement notre activité s'est accrue," explique Jean-Luc Pontis, 68 ans.

130.000 euros pour faire fonctionner la maison médicale

En juillet dernier, les médecins du pays de la maison médicale se sont donc réunis pour prendre une décision radicale. Sans aide de l'agence régionale de santé ils n'assureront plus de garde au sein de la maison médicale à partir du 1er janvier 2020. 

Les généralistes souhaitent que l'ARS mette la main à la poche. "A ce jour les médecins versent de l'argent pour exercer leur mission. Nous considérons qu'il faut un budget de 130.000 euros pour fonctionner correctement sur une année. L'ARS doit nous aider à moderniser la maison en achetant du matériel et à financer les emplois nécessaires au bon fonctionnement. Nous souhaitons aussi embaucher un administrateur. L'idéal serait de rouvrir les points d'accueil qui ont fermé." Une deuxième astreinte pour assurer les gardes certains soirs serait aussi la bienvenue.

La menace inquiète dans l'agglomération

De son côté, la communauté d'agglomération de Vitré s'inquiète aussi de voir la maison médicale de garde fermer. "Nous versons déjà une subvention alors que ce n'est pas notre compétence," explique Pascale Cartron, en charge de la santé. "Il est important que la maison médicale continue d'exister pour tous les patients du secteur. Nous suivons ce dossier de près." 

Dans le bourg de Vitré, la menace de fermeture inquiète les habitants. "C'est très utile d'avoir ce service pour les personnes âgées ou les parents qui ont de petits enfants et qui peuvent avoir un souci le week-end," confie Danièle. "C'est compliqué de trouver un médecin dans le coin et la maison permet aussi de consulter un généraliste quand on n'a pas de généraliste, mais c'est vrai que si il faut aller aux urgences ça va être compliqué," ajoute Philippe. 

Vers un engorgement des urgences

C'est aussi l'un des arguments de Jean-Luc Pontis. Chaque année, la maison médicale assure 8.000 actes. Les urgences de Vitré en réalisent 20.000. La fermeture de la maison médicale entraînera inévitablement un engorgement des services. Une réunion de médiation doit avoir lieu ce lundi 9 décembre entre Jean-Luc Pontis, des représentants de l'ARS et de l’hôpital de Vitré. Pour le moment, l'ARS ne communique pas sur les mesures qui pourraient être proposées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu