Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La maladie de Parkinson touche aussi les jeunes, un Sarthois a été diagnostiqué à l'âge de 28 ans

mercredi 10 avril 2019 à 19:52 Par Lauriane Havard, France Bleu Maine et France Bleu

Ce jeudi, c'est la journée mondiale de Parkinson. Une maladie qui touche plus de 200.000 personnes en France et qui est diagnostiquée en moyenne à 58 ans. Mais de plus en plus de jeunes en souffrent. Témoignage d'un Sarthois, reconnu malade à l'âge de 28 ans.

Frédéric vit avec les symptômes de Parkinson depuis l'âge de 28 ans
Frédéric vit avec les symptômes de Parkinson depuis l'âge de 28 ans © Radio France - Lauriane Havard

Sarthe, France

Frédéric vit à Vivoin avec sa femme et leur fils de six mois. Ce jeune père de famille, aujourd'hui âgé de 43 ans, a découvert sa maladie à 28 ans. "Dans le cadre de mon travail, on m'a fait remarqué que mon bras avait une position anormale. Après plusieurs examens, j'ai finalement vu un neurologue qui m'a diagnostiqué". Depuis, Frédéric ne travaille plus et fait tout pour vivre au mieux avec la maladie. 

Cela a été assez brutal, je ne pensais pas que des jeunes comme moi pouvaient avoir la maladie de Parkinson." - Frédéric, habitant de Vivoin en Sarthe

Depuis 15 ans Frédéric suit un traitement médicamenteux. Ce sont des comprimés à base de dopamine pour compenser les cellules nerveuses qui n'agissent plus et qui sont à l'origine notamment de ces tremblements, caractéristiques de la maladie. "Je suis jeune, donc la maladie évolue moins vite... Mais c'est vrai que cela a été assez brutal, je ne pensais pas que des jeunes comme moi pouvaient avoir la maladie de Parkinson"

Un quotidien bouleversé par la maladie

Faire cuire des pâtes ou apporter une tasse de café à table, avant c'étaient des gestes banales, aujourd'hui il faut se battre avec son propre corps. "Je sens quand même que la maladie se développe, je dois faire très attention pour ne pas me brûler quand j'égoutte des pâtes par exemple" raconte Frédéric. Avec sa femme, ce sarthois vient d'avoir un petit garçon. Mais son rôle de papa n'est pas facile à concilier avec la maladie

Je ne peux pas porter mon fils debout dans les bras, comme n'importe quel père. C'est frustrant, on se sent prisonnier de son corps !"

Pour s'occuper de son jeune enfant, Frédéric s'adapte, avec l'aide de sa femme. "Souvent elle me l'apporte dans les bras quand je suis assis. Mais je ne peux pas porter mon fils debout dans les bras, comme n'importe quel père. C'est frustrant, on se sent prisonnier de son corps!" 

En France, 200.000 personnes souffrent de la maladie de Parkinson. Il s'agit de la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente après celle d'Alzheimer.