Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La maternité est saturée à l’hôpital de Perpignan

mercredi 4 octobre 2017 à 17:08 Par François David, France Bleu Roussillon

La CGT appelle à la grève ce jeudi au centre hospitalier de Perpignan, pour dénoncer la "saturation complète" de la maternité. Le nombre de naissance a bondi ces derniers mois.

© Maxppp - MICHEL CLEMENTZ

Perpignan, France

"Nous n’en pouvons plus ! " Les sages-femmes se disent "à bout de nerfs" à l’hôpital de Perpignan. Depuis la fusion des deux maternités privées de Perpignan (Saint-Pierre et Notre-Dame), le nombre de naissance a explosé au centre hospitalier.

Selon la CGT, 230 accouchements ont été réalisés au mois de septembre et 220 au mois d’aout, alors que la moyenne mensuelle était de 166 l’année dernière. « Une augmentation de 40%, c’est totalement invivable. Le personnel est épuisé » s’insurge Daniel Maïquez, le secrétaire du syndicat à l’hôpital.

Pas assez de chambres d’accouchement

Les conséquences ? "Il n’y a pas assez de salles d’accouchement pour accueillir toutes ces patientes, ce qui nous met en grande difficulté, explique une sage-femme. Parfois, les jeunes mamans doivent attendre 12 heures dans un couloir avant qu’une chambre soit libérée. Et nous sommes contraints de les pousser vers la sortie seulement deux jours après leur accouchement."

"C’était une situation évitable" selon la CGT

"Cette situation est le fruit d’un manque d’anticipation, estime Daniel Maïquez, de la CGT. Nous avons alerté notre direction depuis plusieurs mois, sur les conséquences probables de la fermeture de la maternité de Saint-Pierre. Rien n’a été fait."

La direction promet un audit

La direction de l’hôpital reconnait une "augmentation sensible" de l’activité le mois dernier, "de 10% par rapport à septembre 2016". Elle précise que des mesures sont prises en cas de saturation du bloc : "Les parturientes sont transférées vers la maternité Notre-Dame de l’Espérance, la priorité étant donnée à la prise en charge des grossesses à risque.".

À la demande de la direction, l’Agence régionale de santé va commander un audit. "Dans l’attente des résultats, un renfort temporaire d’effectifs va être assuré". Renfort jugé "totalement insuffisant" par la CGT.

Ce jeudi, le personnel gréviste a prévu un rassemblement dans le hall de l’hôpital pour échanger avec les usagers et leur faire signer une pétition.