Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La santé : un enjeu électoral 2017

En Mayenne, il n'y aura plus que deux gynécologues libérales à la fin de l'année

mercredi 29 mars 2017 à 6:00 - Mis à jour le mercredi 29 mars 2017 à 10:18 Par Gildas Menguy, France Bleu Mayenne et France Bleu

Il y a actuellement cinq gynécologues libéraux dans notre département. Ce n'est déjà pas assez, mais d'ici la fin de l'année, il n'y en aura plus que deux ! Une situation très inquiétante.

Fin 2017, il n'y aura plus que deux gynécologues libérales en Mayenne
Fin 2017, il n'y aura plus que deux gynécologues libérales en Mayenne © Maxppp -

Trois des cinq gynécologues mayennais qui exercent en libéral vont partir en retraite d'ici la fin de l'année. A Laval, le docteur Alain Gicquel ce mercredi et le docteur Françoise Goëb début septembre. Et à Château-Gontier, le docteur Bernadette Perrot cessera son activité début novembre. Dans les trois cas de figure, aucun remplaçant n'a été trouvé. Et si les gynécos ne trouvent pas de successeurs, c'est tout simplement parce que la spécialité est en voie de disparition. Il n'y a plus que des gynécologues-obstétriciens en milieu hospitalier. "La volonté politique, c'est qu'on soit remplacés par les sages-femmes" explique le docteur Véronique Bouin qui sera seule sur Laval à partir de septembre.

Une annonce sur Le Bon Coin pour vendre son cabinet

Bernadette Perrot est la seule gynécologue libérale de tout le Sud Mayenne. Un fichier de 15.000 patientes. A une époque, elle faisait jusqu'à 40 consultations par jour. Mais à 69 ans, le docteur Perrot a un peu levé le pied. En novembre, elle quittera son cabinet mais ne désespère pas de trouver un successeur. Elle a même mis une annonce sur le site leboncoin.fr. Elle est prête à céder son cabinet 1 euro ! "Je cherche un ou une gynécologue à tout prix pour mes patientes. Mon bureau est devenu le bureau des pleurs. Des femmes pleurent parce qu'elles ne seront plus suivies. Beaucoup me disent qu'elles vont renoncer à être suivie, car pour elles, c'est compliqué d'aller à Angers. On va avoir des problèmes. Il n'y aura plus de sentinelle pour la détection des cancers féminins dans tout le sud Mayenne, le Segréen et le pays de Sablé. Ca devient un problème de santé publique."

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.