Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La mère d'une des trois fillettes nées près de l'étang de Berre avec une malformation du bras témoigne

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Trois bébés sont nés avec des bras mal-formés entre juin et novembre 2016 près de l'étang de Berre, particulièrement pollué par l'industrie. L'agence Santé Publique France va étudier ces cas pour les intégrer ou non à son enquête nationale sur les bébés "sans bras".

Vue aérienne de l'étang de Berre
Vue aérienne de l'étang de Berre © Maxppp - Clement Mahoudeau

Étang de Berre, France

Élisabeth a accouché à la maternité de Vitrolles en novembre. Sa fille Claire est née sans avant-bras droit. Le quotidien La Provence révélait son histoire en novembre dernier. Depuis, l'agence Santé Publique France a décidé d'étudier le cas de sa fille, ainsi que deux autres cas similaires, pour les intégrer, ou pas, à son enquête nationale sur le sujet, lancée en octobre 2018. 

Élisabeth n'a appris la malformation de sa fille qu'à sa naissance : rien n'avait été repéré à l'échographie. "Mon premier réflexe ça a été de me dire qu'est-ce que j'ai fait pour qu'il arrive ça ? Parce qu'en tant que maman, je me suis sentie coupable" confie-t-elle. Mais les médecins lui expliquent qu'aucun problème n'a atteint sa grossesse, qu'il n'y a pas non plus de cause génétique, pour eux, c'est la faute à pas de chance, un cas sur 10.000 naissances. 

Elisabeth et son mari se tournent alors vers une association de parents d'enfants malformés : "On s’est rendu compte qu’il y avait d'autres personnes concernées dans les Bouches-du-Rhône. On a pris contact avec ces familles pour les rencontrer, pour voir l'évolution de leurs enfants, et elles avaient quasiment la même malformation." En effet, deux autres familles connaissent presque la même situation, dans un rayon de 30km, et leurs filles sont nées à moins de six mois d'écart. 

J'aimerais pouvoir lui répondre, lui dire pourquoi elle a une malformation

Alors les parents s’interrogent, surtout que des cas de bébés "sans bras" sont cités par la presse, en Bretagne et dans l'Ain, là-bas, les pesticides sont mis en cause. Mais Elisabeth ne penche pas vers cette hypothèse : "Je ne pense pas que ça soit à cause du glyphosate puisque l'agriculture n’est pas l'activité première dans notre région. Mais plutôt à cause de toutes les industries dans le pourtour de l'étang de Berre. Mais on attend les résultats de l’enquête pour savoir."

Désormais, Elisabeth et son mari veulent des réponses de la part des autorités sanitaires : "On espère vraiment avoir des éléments pour pouvoir expliquer à notre fille. Elle est petite mais elle se rend compte de sa différence, dans quelques années on va avoir les questionnements, et j'aimerais lui répondre, lui dire pourquoi elle a une malformation."