Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La ministre de la Santé Agnès Buzyn annonce des mesures pour faciliter le recours à l'IVG

-
Par , France Bleu

Vendredi soir, à la veille de la journée internationale pour le droit à l'avortement, la ministre de la Santé a annoncé une série de mesures pour faciliter l'accès des femmes à l'IVG quelle que soit leur région.

 Agnes Buzyn, ministre de la Santé.
Agnes Buzyn, ministre de la Santé. © Maxppp -

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé vendredi soir, veille de la journée internationale pour le droit à l'avortement, une série de mesures pour faciliter l’accès des femmes à l'interruption volontaire de grossesse, quelle que soit leur région. Une enquête des agences régionales de santé (ARS) montre en effet de fortes disparités régionales dans le délai d’attente pour accéder à l’IVG en France.

Si le délai moyen en France entre la demande de la femme et l'acte lui-même est de 7,4 jours en moyenne au niveau national, il varie de trois à 11 jours selon les régions, toujours en moyenne. Il n'existe pas vraiment de "zones blanches" en terme d'accès à l'IVG, mais il y a des territoires "en tension" dans la majorité des régions, soit à cause de la démographie des professionnels, soit durant les périodes estivales.

De nouvelles mesures pour "conforter l'égalité d'accès à l'IVG sur tout le territoire"

Dès le début de l'année 2020, les centres de santé pourront réaliser des IVG instrumentales, une solution supplémentaire quand la possibilité d'une IVG médicamenteuse est dépassée. L'accès à l'IVG figurera parmi les critères d'évaluation des hôpitaux dans les contrats d'objectifs les liant aux ARS. L'IVG deviendra également prioritaire dans la formation continue des médecins et des sages-femmes. Les mesures prévoient aussi la mise en place d'un annuaire de l'offre d'IVG dans chaque région, actualisé selon les saisons (l'été, c'est souvent plus difficile de trouver un médecin pour réaliser un avortement.)

"Je suis et resterai toujours attentive à l'accès à l'IVG. C'est un droit fondamental. Les femmes doivent pouvoir être accueillies et suivies dans les conditions de sérénité et de sécurité dont elles ont besoin. J'y veillerai", Agnès Buzyn.

Ce samedi, des rassemblements sont organisés dans plusieurs villes pour soutenir le droit à l'IVG, dont une manifestation à Paris à 14h au départ de l'hôpital Tenon dans le XXe arrondissement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu