Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La ministre de la santé Agnès Buzyn confirme la fermeture de la maternité de Bernay sur France Bleu Normandie

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Comme promis lors du débat national à Grand Bourgtheroulde, la ministre de la santé Agnès Buzyn est en déplacement en Normandie ce lundi 18 février 2019. Ce matin, sur France Bleu Normandie,la ministre a confirmé la transformation de la maternité de Bernay en centre de périnatalité.

Agnès Buzyn était déjà venue en Normandie en octobre 2018, accompagnée de la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal.
Agnès Buzyn était déjà venue en Normandie en octobre 2018, accompagnée de la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal. © Radio France - Sixtine Lys

Bernay, France

Chose promise, chose due : la ministre de la santé Agnès Buzyn est dans l'Eure ce lundi 18 février 2019.  Elle a confirmé la fermeture de la maternité et sa transformation en centre de péri natalité sur France Bleu Normandie. "C'est un problème de démographie médicale. Nous ne trouvons pas d'obstétriciens, nous n'avons pas de médecins, quand bien même je mettrai deux à trois postes en plus, il n'y aurait personne, c'est un problème d"attractivité. L'idée c'est en fait de revitaliser l'hôpital de Bernay." 

Agnès Buzyn, la ministre de la santé, explique pourquoi la maternité doit fermer selon le gouvernement

Emmanuel Macron avait promis une visite, lors du premier débat national, à Grand Bourgtheroulde.  L'association Liberté Egalité Proximité avait, de son côté, assigné la ministre en justice pour dénigrement, au sujet des conditions de sécurité de la maternité. 

312 accouchements en 2018

Mais avant même son arrivée à Bernay, Agnès Buzyn s'est montrée très ferme : la maternité va fermer. Le nombre d'accouchements a diminué de 25% ces cinq dernières années, et la population vieillissante. L'ARS a d'autres projets pour l’hôpital de Bernay, explique sa directrice, Christine Gardel : "C'est un projet qui s'appuie sur les différentes activités de l’hôpital de Bernay : un renforcement du service des urgences, une action sur la filière gériatrique et sur l'Ehpad, et la fin des accouchements et l'ouverture d'un centre périnatal pour la prise en charge des femmes enceintes et ensuite après l'accouchement."

L'association Liberté Egalité Proximité a déposé un recours contre l'Agence Régionale de Santé pour abus de pouvoir et cherche à tout prix à défendre la maternité, même si elle a aujourd'hui peu d'espoir. Annabelle Vincent, est présidente de l'association et psychologue à la maternité depuis 10 ans : "Mme Buzyn va uniquement venir signer le certificat de décès de notre maternité, on le sait très bien." 

Je la vois plus comme un médecin légiste que comme un médecin de santé publique."

"Je la vois plus comme un médecin légiste que comme un médecin de santé publique, ajoute Anabelle Vincent. Ça fait quasiment un an qu'on est mobilisé pour se battre contre cette fermeture prémédité. On a démonté tous les coups portés contre notre service mais ça ne sert à rien, _c'est le rouleau compresseur du gouvernement qui continue son oeuvre_, et qui continue à faire de la désertification médicale dans la campagne."

Mobilisation citoyenne

Après un passage à l’hôpital de Pont-Audemer, la ministre de la santé Agnès Buzyn se rend donc à la maternité de Bernay vers 11h40. Au programme : une visite et une table ronde, notamment en présence d'Hervé Morin, président de Région et du sénateur de l'Eure, Hervé Maurey. La ministre sera accueillie par une mobilisation citoyenne. Syndicats, associations, personnalités politiques et Gilets Jaunes sont annoncées.