Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La Moselle n'a "ni le besoin ni la possibilité" de créer un mégacentre de vaccination selon le préfet

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Lors de son point hebdomadaire sur l'épidémie de Covid-19, le préfet de la Moselle Laurent Touvet a écarté, pour le moment, l'hypothèse d'un vaccinodrome dans le département. La tension dans les hôpitaux et l'école à distance étaient également évoqués.

Opération de vaccination au Covid-19 exceptionnelle de 2 000 personnes dans le gymnase du complexe Saint-Symphorien de Metz (Moselle), le 27 février 2021.
Opération de vaccination au Covid-19 exceptionnelle de 2 000 personnes dans le gymnase du complexe Saint-Symphorien de Metz (Moselle), le 27 février 2021. © Radio France - Natacha Kadur

Nombre de contaminations stable, mais hôpitaux toujours en tension : voila le résumé du dernier point de situation de l'épidémie de coronavirus effectué ce mardi 6 avril par le Préfet de la Moselle, entouré de la directrice générale du CHR Metz-Thionville Marie-Odile Saillard, et du Directeur des services de l'Education Nationale en Moselle Olivier Cottet. 

En Moselle, le taux d'incidence s'établit à 332 cas pour 100.000 habitants, "dans la moyenne régionale" détaille Laurent Touvet qui signale un taux en baisse à 207 pour les personnes âgées, grâce à la vaccination. Bon point également : le taux de positivité, toujours autour de 4%, parce que les Mosellans se font beaucoup tester. Chaque mois, c'est l'équivalent de 30% de la population qui effectue un test. Un chiffre élevé, qui s'explique notamment par le dépistage régulier imposé aux frontaliers. 

Pas de mégacentre de vaccination

La vaccination garde également son rythme. 181.000 Mosellans ont reçu au moins une dose, soit 17,5% de la population. C'est même jusqu'à 66% pour les personnes de plus de 75 ans. 11.700 vaccins ont été distribués rien que sur ce dernier week-end de Pâques. En revanche, la mise en place d'un mégacentre de vaccination n'est pas encore d'actualité dans le département

Laurent Touvet s'en explique : "Nous n'avons ni le besoin ni la possibilité de le faire. Nous avons 20 centres en Moselle et nous recevons chaque semaine 25.000 doses. Chaque centre est monté en charge ces dernières semaines. Vouloir créer un très gros centre nous obligerait à réduire la capacité de ceux qui existent. Cette dispersion sur le territoire répond à un besoin et nous maintenons le dispositif." Mais le Préfet n'écarte pas l'idée d'un plus gros centre, si le nombre de doses venait à augmenter.  Et cela n'empêche pas les grandes opérations ponctuelles comme certains week-end au complexe Saint-Symphorien à Metz

Réorganisation des moyens hospitaliers 

En revanche, la situation à l'hôpital reste "extrêmement tendue" selon les mots de Marie-Odile Saillard. La directrice du CHR compte 185 lits de réanimation et de soins critiques mobilisés dans le département, pas loin des 200 de la première vague. Et le chiffre de 70% d'opérations déprogrammées approche pour faire face à cet afflux constant de malades. La directrice envisage maintenant le franchissement d'un "4e pallier d'armement de lits supplémentaires." 

Mais cela passe par davantage de personnels, soit avec l'arrivée de renforts, soit avec une réorganisation des moyens existants. "Il nous faudrait regrouper les moyens qualifiés la ou nous avons la possibilité d'accueillir les patients en soins critiques. Des structure qui n'ont pas ces lits de réanimation ou de soins critiques et qui ne seraient à priori pas appelés à en développer, seraient amenés à regrouper leurs ressources humaines sur des sites publics ou privés comportant ces lits de réanimation ou de soins critiques." Et Marie-Odile Saillard de citer l'exemple de la clinique Ambroise Paré de Thionville qui avait fermé ses activités lors de la première vague pour répartir ses médecins, anesthésistes réanimateurs et infirmières sur d'autres sites. 

1.421 élèves prioritaires accueillis en Moselle

Pour sa part, Olivier Cottet a fait le point sur la fermeture des établissements scolaires et l'impérative continuité pédagogique mise en place depuis ce mardi, marquée par de nombreux disfonctionnements des espaces numériques de travail. Néanmoins, le DSDEN de Moselle a insisté sur les efforts et les progrès effectués, particulièrement en terme de formation des enseignants pour assurer la classe à distance. 

Ce mardi matin en Moselle, 2127 élèves de parents dont la profession est essentielle à la lutte contre la pandémie étaient tout de même accueillis dans leurs établissements : 647 en maternelle, 1300 en élémentaire et 180 au collège.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess