Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La Moselle parmi les départements les plus touchés par la rougeole

jeudi 15 février 2018 à 5:10 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord

56 cas de rougeole ont été détectés en Moselle en 2017. Le département est l'un des plus touchés de France. Selon les spécialistes, les problèmes résident dans le manque de prévention et une banalisation du risque de la part des parents.

Un vaccin contre la rougeole en pharmacie (illustration).
Un vaccin contre la rougeole en pharmacie (illustration). © Maxppp - SYLVIE CAMBON/PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/

Moselle, France

"Vacciner", le mot revient sans cesse dans la bouche des spécialistes depuis l'annonce du décès suite à l'épidémie de rougeole d'une femme de 32 ans au CHU de Poitiers, mardi 13 février. Cette mère de famille n'était pas vaccinée contre le virus, comme l'adolescente de 16 ans qui a succombé d'une rougeole aigue, l'an passé, en 2017, à Marseille. 

Le débat sur la vaccination relancé

Ces deux tragédies relancent encore une fois le débat sur la vaccination en France, alors que le gouvernement a décidé de rendre 11 vaccins obligatoires, dont le ROR (rougeole, oreillons, rubéole), pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. La première injection est préconisée à l'âge de 12 mois pour le nourrisson, puis le rappel doit s'effectuer entre 16 et 18 mois pour assurer la protection. 

Pour éviter cette maladie infectieuse, souvent bénigne, qui se caractérise par de la fièvre, de la toux ou une éruption cutanée, seul le vaccin est efficace. 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a réitéré son appel ce mardi 14 février aux plus réticents, alors que certains dénoncent les "mensonges" du gouvernement sur les risques éventuels de complications.

56 cas de rougeole détectés en Moselle en 2017

La Moselle est mauvaise élève en matière de vaccnation contre la rougeole. En 2017, 56 cas ont été détectés dans notre département. La Moselle concentre à elle seule la majorité des cas recensés dans le Grand-Est durant cette même année (82). Pire, la Moselle peut également se targuer, avec ce constat, d’intégrer le club très fermé des départements les plus touchés de France, avec la Gironde ou les Pyrénées-Orientales. 

Selon l'Agence publique de santé française, la Moselle n'oscille qu'entre 65 et 75% de couverture contre le vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole en 2015, alors que l'Organisation Mondiale de la Santé recommande une couverture de 95%.

Couverture vaccinale en France concernant la rougeole-oreillon-rubéole en 2015. - Visactu
Couverture vaccinale en France concernant la rougeole-oreillon-rubéole en 2015. © Visactu

Manque de prévention et banalisation du risque

Selon Rémy Unvois, président de l'Union régionale des professionnels de santé en Lorraine, et médecin généraliste depuis 34 ans près de Nancy, ces mauvais chiffres seraient dus à "l’effondrement de la médecine scolaire". 

Le suivi médical des élèves et la mise en place d'actions de prévention au sein des établissements seraient moins fréquents, et donc moins efficaces

Il y a des parents très rigoureux qui amènent régulièrement leur enfant en consultation. Mais il y a une frange de la population qui se dit que la maladie va passer... donc elle ne vient pas pousser la porte d'un cabinet de médecine. [...] Il y a plein d'enfant que l'on ne voit plus." Rémy Unvois, président de l'Union régionale des professionnels de santé en Lorraine

Pour le délégué régional du syndicat des médecins généralistes, Jean-Jacques Antoine, il faudrait également éviter de banaliser les risques.

Ça devient un peu une mode, c'est branché de dire que l'on est contre les vaccins. Avant, la vaccination, c'était vécu comme une chance d'éviter de tomber malade pour les patients." Jean-Jacques Antoine, délégué régional du syndicat des médecins généralistes de Lorraine

Ce spécialiste qui officie depuis plus de vingt ans déplore l'influence des nouvelles technologies : "Les réseaux sociaux diffusent l'idée que le vaccin fait courir un risque alors qu'il est conçu pour éviter des maladies graves". 

Selon l'Agence régionale de santé, les secteurs de Metz et de Forbach ont été particulièrement touchés en 2017 par des cas de rougeole. Les 3/4 des malades étaient des enfants.