Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La Nasa veut envoyer un astronaute sur Mars en 2033

-
Par , France Bleu

La Nasa a annoncé ce mardi vouloir envoyer un astronaute sur Mars en 2033. Un voyage préparé par un aller-retour sur la Lune en 2024.

Une simulation d’exploration martienne, en février 2018, dans la région de Dhofar à Oman.
Une simulation d’exploration martienne, en février 2018, dans la région de Dhofar à Oman. © AFP - Karim Sahib

Un être humain marchera sur Mars en 2033. C'est en tout cas la promesse qu'a fait la Nasa, ce mardi. "Nous voulons réussir à atterrir sur Mars en 2033", a en effet déclaré Jim Bridenstine, le patron de la Nasa, lors d'une audition au Congrès américain. En 2017, une loi de financement de la Nasa avait bien fixé 2033 comme date de lancement de la première mission martienne habitée, mais la Nasa parlait souvent des "années 2030" dans sa communication ces derniers mois.

La Lune comme galop d'essai

Ce voyage sur la planète rouge doit être préparé via un aller-retour sur la Lune, prévu pour 2024. "La Lune est le banc d'essai", a expliqué l'ancien parlementaire républicain, nommé par Donald Trump. Initialement prévue pour 2028, cette mission Lune a d'ailleurs été avancée de quatre ans par la présidence américain, afin de faire coïncider le calendrier de la Nasa avec celui de la Maison Blanche, 2024 étant la dernière année d'un éventuel deuxième mandat de Donald Trump.

Beaucoup d'experts et d'élus du Congrès doutent cependant de la capacité de la Nasa à tenir cette nouvelle date butoir, en raison des retards du développement de la fusée qui doit servir pour les missions lunaires, construite par Boeing.

Les conditions d'un voyage vers Mars sont en effet toutes autres que pour la Lune. Une mission vers la planète rouge durera au moins deux ans, en raison de la distance, le trajet aller simple prenant à lui seul six mois, au lieu de trois jours pour la Lune. L'aller et le retour vers Mars ne peuvent par ailleurs se faire que lorsque la planète se situe du même côté du Soleil que la Terre, soit tous les 26 mois environ, ce qui tombera en 2031, 2033, etc. 

"Prouver que nous pouvons vivre dans un autre monde"

Outre la préparation pour Mars, un nouvel alunissage humain sur la Lune permettrait à la Nasa de remplir des objectifs scientifiques. L'agence spatiale veut apprendre à extraire et exploiter les tonnes de glace présentes au pôle sud de la Lune. "La glace d'eau représente de l'air à respirer, de l'eau à boire, du carburant", a expliqué Jim Bridenstine. "L'objectif n'est pas seulement de ramener des humains sur la surface lunaire, mais de prouver que nous pouvons vivre et travailler dans un autre monde".

Reste à chiffrer ces objectifs. Le patron de la Nasa a promis au Congrès de mettre à jour sa demande budgétaire avant le 15 avril.