Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

La NASA veut remarcher sur la lune !

vendredi 15 février 2019 à 6:50 Par Marine Laugénie, France Bleu

Le patron de l'agence spatiale américaine a voulu faire passer un message jeudi lors d'une rencontre avec la presse : la NASA appuie sur l'accélérateur pour un retour rapide sur la Lune. Il se fera en plusieurs étapes jusqu'en 2028.

Reproduction d'une photographie couleur de la première mission Apollo 11 à se poser sur la Lune exposée dans le centre spatial de Transinne (Belgique).
Reproduction d'une photographie couleur de la première mission Apollo 11 à se poser sur la Lune exposée dans le centre spatial de Transinne (Belgique). © Maxppp - Alexandre Marchi

"Il est important de retourner sur la Lune le plus vite possible", a dit Jim Bridenstine, la patron de la NASA depuis le siège de l'agence spatiale à Washington. 

Un retour sur la lune en 2028

Pour les astronautes, le plan est un retour en 2028.  Il se fera en plusieurs étapes. En 2024, Nasa veut faire alunir un engin à vide (un atterrisseur, dans le jargon). Elle vient de lancer un appel d'offres au secteur privé, dont les réponses doivent être renvoyées avant le 25 mars. La Nasa a prévu ensuite d'assembler en orbite lunaire une petite station (Gateway), d'ici 2026, qui servira de point d'étape pour les voyages Terre-Lune, mais qui ne sera pas conçue pour une présence permanente. Il faudra attendre 2028  pour voir un atterrisseur lunaire capable de transporter des équipages et des cargaisons.

"Cette fois-ci, lorsque nous retournerons sur la Lune, nous y resterons"

"Cette fois-ci, lorsque nous retournerons sur la Lune, nous y resterons", a poursuivi l'administrateur de la Nasa. _"Nous n'allons pas laisser des drapeaux et des traces de pas, rentrer à la maison et ne plus y retourner pendant 50 ans"_.  "On pourra faire des aller-retour avec des humains", a-t-il dit, répétant que la politique officielle des Etats-Unis, depuis la signature d'une directive spatiale par le président Donald Trump en décembre 2017, était le retour sur la Lune. 

En septembre, la NASA dévoilait officiellement son plan en cinq étapes pour reconquérir la Lune.  

Cette mission a deux objectifs : préparer la Lune à recevoir l'Homme de manière durable et un objectif plus ambitieux : se servir de cette base permanente pour envoyer des hommes plus loin sur Mars et dans le reste du système solaire.